Federer: «mon objectif, battre des records»

TennisRoger Federer renoue avec la compétition ce mercredi à Stuttgart, après un break de deux mois et demi. Il évoque son âge, ses enfants et confirme sa présence sur terre battue en 2019.

Roger Federer fait son grand retour ce mercredi.

Roger Federer fait son grand retour ce mercredi. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Après une pause de deux mois et demi, durant laquelle Rafael Nadal a occupé le devant de la scène, Roger Federer fait son grand retour sur sa surface de prédilection, le gazon, mercredi à Stuttgart, avec en ligne de mire la place de N.1 mondial. D'ailleurs, il peut même reprendre cette place dès cette fin de semaine s'il parvient à atteindre la finale dans ce tournoi allemand.

«J'adorerais ça bien sûr», s'exclame Roger Federer ce mercredi dans un entretien accordé au Blick. «Je pourrais à nouveau écrire l'histoire en battant une nouvelle fois des records du monde. C'est mon objectif», explique celui qui est devenu le plus vieux numéro 1 mondial de l'histoire à 36 ans en février dernier. Mais il nuance: «mais attention, pas à pas! Après une pause de trois mois, il ne sera pas logique d'atteindre ou de gagner la finale ici même. C'est très dangereux de jouer contre Mischa Zverev lors du premier match.»

Pour rappel, Federer, qui compte déjà un nombre incroyable de records à son actif dont 20 titres en Grand Chelem, peut tenter de viser le record absolu détenu par la joueuse Margaret Court (24 victoires). Il peut aussi battre le record de 109 victoires en tournoi ATP détenu par Jimmy Connors. Le Bâlois en compte 96 à l'heure actuelle. Il peut également devenir le vainqueur le plus âgé en Grand Chelem. Jusqu'ici c'est l’Australien Ken Rosewall qui le détient, avec une victoire à l’Open d’Australie à plus de 37 ans.

Interrogé sur les six derniers titres du Grand Chelem tous répartis entre Nadal et lui, Federer estime que c'est à la fois parce que les deux champions sont trop bons et les autres trop faibles. «La génération autour de Dimitrov et Raonic ne nous a pas remplacés, voyons comment la génération Zverev sera forte, dit-il. «Mais c'est incroyable! Quand nous sommes en forme - et j'inclus Djokovic, ou Murray et Stan - c'est très difficile pour nos adversaires. Tu dois passer par nous tous si tu veux gagner un grand tournoi. Une telle constellation n'a probablement jamais existé auparavant.»

Davantage besoin de sommeil

Roger Federer évoque aussi son âge et les douleurs musculaires liées au sport. Si j'ai un problème, il dure plus longtemps maintenant, reconnaît-il. «Avant, quand j'avais mal, j'avais deux fois moins mal le lendemain et j'étais presque à 100% deux jours après. Aujourd'hui, cela dure une semaine ou plus», explique-t-il. Le champion confie aussi qu'il doit davantage dormir désormais. «Quand je me dépense beaucoup, j'ai besoin de 8 à 9 heures par jour au minimum». Avant de tempérer ses propos en riant: «mais avant je dormais déjà parfois jusqu'à 10 heures, surtout quand je n'avais rien à faire. »

Il revient sur sa longue pause où il n'est pas resté inactif, selon lui. «J'étais bien occupé et j'aurais aimé avoir plus de jours de congé», confie-t-il. «Le meilleur, c'est d'avoir une semaine et qu'on ne sait pas quoi faire. S'entraîner, boire un café ou juste aller se promener avec les enfants dans les bois? », lance-t-il. «Avec le tennis tout est planifié et deux mois passent vite. C'est presque reposant de pouvoir s'asseoir ici, d'accorder des interviews ou de signer des autographes et de vivre à nouveau toute cette agitation. »

Roger Federer se dit heureux d'être de retour parmi les joueurs. C'est un changement agréable quand on a été absent longtemps. Il ne regrette pas d'être à nouveau éloigné un peu plus de ses enfants. «J'ai passé de bons moments en famille. (...) Et ici à Stuttgart, ce n'est pas un problème car je suis près de chez moi. S'il y a un problème, je pourrais rentrer chez moi ce soir et revenir demain. »

Présent en 2019 sur terre battue

Le champion confirme au Blick qu'il devrait être présent pour la prochaine saison sur terre battue. «Mais il n'y a aucune garantie quand on vieillit, surtout sur terre battue, nuance-t-il. Mais si je m'y remets et que je veux avoir une petite chance de gagner Roland-Garros, il va falloir que je joue quelques tournois avant», confie-t-il en précisant que sa préparation pourrait commencer en décembre prochain.

Il balaie les critiques sur le fait qu'il ait choisi de faire l'impasse cette année sur la terre battue. «Chacun peut penser ce qu'il veut», estime-t-il. «Moi j'ai des attentes élevées, je veux que les gens voient le meilleur Roger Federer jouer sur terre battue. Et j'ai besoin d'un peu de préparation pour suivre le rythme de tout le monde», explique-t-il. «Sans oublier que j'ai 4 enfants et que je veux passer du temps avec eux. Donc je ne peux pas réaliser tous mes rêves».

(nxp)

Créé: 13.06.2018, 10h38

Articles en relation

Federer prêt à se battre pour la place de no 1

Tennis Le Bâlois retrouve la compétition mercredi après une pause de plus de deux mois, qui lui a fait grand bien. Plus...

Le grand retour de Roger Federer

Tennis Absent du circuit depuis le mois de mars, le Bâlois a fait un retour remarqué dimanche en Allemagne. Plus...

Roger Federer prêt à quitter Nike?

Tennis Le contrat entre le Bâlois et la firme américaine est terminé. Uniqlo est prêt à entrer dans la danse. Plus...

Federer revient sur le circuit à Stuttgart

Tennis Après un bon break, le Bâlois reprend les tournois avec le premier tournoi sur gazon de l'année qui se déroulera en Allemagne. Plus...

L'échec de Sion 2026 vu par Federer

Interrogé par le Blick sur l'échec valaisan de la candidature de Sion 2026, Roger Federer explique qu'il l'avait pressenti. «La Suisse n'est pas prête pour les Jeux Olympiques, nous avons perdu confiance dans les grands événements, le CIO et sa mégalomanie», lance-t-il. Lui aussi n'y croit pas. Je pense que ça devient trop gros partout. Comme la FIFA en football. Aux JO d'été, je peux comprendre le gigantisme, mais aux JO d'hiver, je pense qu'il est important de revenir aux racines, estime le Bâlois. Il n'y a pas beaucoup de destinations pour les JO d'hiver. Et la Suisse aurait été idéale, souligne-t-il. «J'espère donc qu'un jour, les Jeux olympiques pourront se dérouler en Suisse.»

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.