Gamin, il organisait le CHI de Genève dans son jardin à Vufflens

HippismeLe Vaudois Alban Poudret, directeur sportif, est un passionné. Récit d’une vie dédiée au cheval.

A 12 ans, Alban Poudret voulait devenir journaliste hippique et organisateur. Son rêve est devenu réalité. Le voilà directeur sportif du concours hippique de Genève.

A 12 ans, Alban Poudret voulait devenir journaliste hippique et organisateur. Son rêve est devenu réalité. Le voilà directeur sportif du concours hippique de Genève. Image: LUCIEN FORTUNATI

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il a sous son capot, un gros moteur, avec de nombreux chevaux qui galopent et qui sautent tout le temps. Alban Poudret a fait de sa vie une belle aventure, un dada: l’équitation. Il y a du pur-sang dans les veines de cet éternel enthousiaste qui aurait pu naître dans une écurie, il y a 62 ans, du côté de Vufflens. «À 12 ans, je voulais déjà être journaliste hippique et organisateur.»

Il en a rêvé si fort, de son concours, il l’a tellement simulé dans son jardin, qu’il est devenu réalité. Au départ, il y avait des balais, des râteaux, des seaux, des tréteaux et quelques pots de fleurs. Aujourd’hui, il y a Palexpo et une fonction de directeur sportif du CHI de Genève. «Je crois qu’il faut beaucoup d’obstination pour vivre de cette passion», dit-il avec le sourire.

Un« bienfaiteur»

Ce Vaudois, qui écrit même pour des magazines japonais, est devenu le plus grand spécialiste dans le milieu. Actif au concours hippique de Genève depuis 28 éditions, il a couvert son premier CHI comme journaliste en... 1975. Il ne s’en lasse pas, bondit de rencontres en rencontres. «C’est une grande histoire d’amitié, comme tellement d’autres choses dans la vie, explique cet amoureux du bon vin, de Genesis, Pink Floyd et de l’Italie. Outre ma passion pour les chevaux, mon grand moteur est de partager toutes ces émotions avec le comité, Sophie Mottu Morel et Michel Sorg. On pense non seulement aux compétiteurs mais aussi au public avec des épreuves qui les rapprochent des concurrents.» Alban Poudret est encore le speaker du concours. Pour les cavaliers, il est un «bienfaiteur», la voix d’un sport qu’il défendra toujours au grand galop, toujours avec la puissance de ses mots et de ses élans enthousiastes.

Son «Cavalier» a 100 ans

Consultant à la RTS, Alban Poudret est aussi rédacteur en chef du Cavalier romand depuis 1982, une revue qui vient de fêter ses... 100 ans d’existence. «Plus tu avances dans l’âge, plus tu te dis que les racines sont très importantes Quand j’ai repris ce magazine, il s’appelait encore le Dragon romand. C’était un bulletin de quatre pages. Désormais, il est plus épais.» Le dernier numéro «collector», qui résume cent vingt ans d’équitation, en compte 160 de plus! Distribué aux 2500 abonnés, il replonge dans l’histoire avec des images d’archives. «On voit bien l’évolution.» À ses débuts, il n’y avait que quatre journalistes. Ils sont encore tous présents et motivés, intégrés dans une équipe dynamique de six salariés installés à Pully, ainsi qu’une douzaine de correspondants dans tous les cantons romands.

«C’est assez extraordinaire qu’un magazine puisse durer aussi longtemps et garder un tel niveau de qualité durant autant d’années, notamment à notre époque où beaucoup de choses passent au digital. J’ai un immense respect», rend hommage Steve Guerdat, no 1 mondial et chouchou de Palexpo, grand ami d’Alban Poudret depuis tout jeune, lorsque son père faisait déjà la une du journal.

Marqué par les Guerdat

«J’ai eu la chance que tout mon parcours de journaliste et d’organisateur ait été marqué par les Guerdat, avoue «Poupou». Philippe était le seul cavalier romand de l’équipe de Suisse quand j’ai commencé. Il y a eu ensuite Steve, ce génie du cheval, qui a toujours défendu les valeurs d’un vrai sport, qui boycotte les concours qui offrent beaucoup d’argent et où certains cavaliers doivent payer pour participer. On a une chance folle d’avoir un no 1 mondial comme lui, mais aussi Martin Fuchs, Bryan Balsiger et plein de jeunes romands qui arrivent.»

Ils seront tous au concours hippique de Genève cette semaine à Palexpo, pour un spectacle qui s’annonce formidable. «Que les gens prennent l’abonnement et se posent de jeudi à dimanche dans les tribunes comme je le faisais quand j’avais entre 4 ou 6 ans, s’exclame Alban Poudret. Je me souviens que j’avais envie de tout voir. Pour moi, il faut venir les quatre jours, CQFD.» Le premier coup de sabot est prévu ce jeudi, le dernier dimanche avec le Grand Prix. Entre deux sauts, cette 59e édition va une nouvelle fois accueillir plus de 40'000 spectateurs où l’on promet «du grand sport».

Créé: 11.12.2019, 20h49

Le programme

59e édition du Concours hippique de Genève à Palexpo.

De jeudi à dimanche. Spectacle garanti tous les jours avec du cross, de la voltige, de l’attelage et du saut avec les espoirs, le top 10 (vendredi) et le Grand Prix Rolex (dimanche).

Articles en relation

Le dressage suisse ne sera pas présent aux JO

Hippisme L’équipe de Suisse a pris le 11e rang des Européens, insuffisant pour décrocher une sélection pour Tokyo. Plus...

Steve Guerdat: «Être No 1 mondial n’est pas un but en soi»

Hippisme Le champion olympique est au CSI 5* de Lausanne pour quatre jours, sans ses cracks, mais pas sans objectifs. Plus...

Ils sont les meilleurs ennemis du monde

Hippisme No1 et No2 mondiaux, Steve Guerdat et Martin Fuchs seront opposés la semaine prochaine à Palexpo. En toute amitié, encore. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.