Laura Stoeri passe son temps libre à mater les rois

EchecsA 18 ans, la Payernoise fait partie des cinq meilleures joueuses de Suisse.

Laura Stoeri estime qu’en tournoi chaque partie lui demande une implication d’une dizaine d’heures.

Laura Stoeri estime qu’en tournoi chaque partie lui demande une implication d’une dizaine d’heures. Image: Jean-Paul Guinnard

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ne pas se fier à son joli minois: Laura Stoeri est une redoutable combattante, capable de tourner autour de sa proie pendant plus de cinq heures, sans sourciller. Son objectif: mater le roi adverse par tous les moyens.

Multiple championne de Suisse chez les jeunes, vice-championne de Suisse élite, la Payernoise pousse également ses pions sur les échiquiers européens et mondiaux, où elle a obtenu des résultats probants dans sa catégorie. En octobre 2014, elle était la 7e meilleure joueuse U18 du continent. En septembre prochain, elle s’alignera éventuellement aux Mondiaux U20, en Russie.

Il ne lui reste plus qu’à jongler avec sa vie de gymnasienne et de future étudiante en relations internationales à Genève. «Dans l’absolu, plaide-t-elle, j’aurais besoin de m’offrir une année sabbatique pour me consacrer entièrement aux échecs et participer à davantage de tournois à l’étranger. Prendre plus de cours serait tout aussi indispensable. Il faudrait que j’en discute avec mon coach, Artur Yussupow (ndlr: grand maître international russe résidant en Allemagne), qui me consacre deux fois une heure par semaine, via Skype. J’avoue que je suis en pleine réflexion. En ce moment, je connais d’ailleurs un petit coup de mou, car les examens en vue du baccalauréat approchent à grands pas. Sans compter que je suis en train de passer mon permis de conduire.»

Laura Stoeri espère représenter la Suisse aux championnats d’Europe élite par équipes qui auront lieu en novembre. «Pour le reste, on verra, souffle-t-elle. Notre pays ne compte aucune joueuse professionnelle. Le défi n’est donc pas mince.»

Comme on peut l’imaginer, la jeune Vaudoise ne rencontre guère de difficultés au niveau scolaire. Il n’y aurait pourtant pas de cause à effet, selon elle. «Je ne crois pas qu’il faille être particulièrement intelligent pour bien jouer aux échecs, assure-t-elle. Il s’agit avant tout d’une question de concentration. Et cela s’entraîne. Rester assise pendant plus de cinq heures n’est pas à la portée de tout le monde. Il est aussi nécessaire de manger durant une partie. Pas évident de dormir convenablement pendant les tournois, car l’esprit demeure continuellement agité. Jouer aux échecs est un vrai sport. En amont d’un championnat important, je m’entretiens environ deux heures avec la personne qui m’encadre, puis je pars travailler de mon côté. Je reviens ensuite pour lui livrer mes réflexions, sur les ouvertures notamment. Il faut encore mémoriser le tout avant d’entrer en lice.»

Un sport physique

Chaque partie est ensuite analysée avec l’entraîneur et demande ainsi une implication d’une dizaine d’heures. «La moindre erreur est fatale, souligne Laura Stoeri, car il est quasi impossible de se rattraper aux échecs. Je me sens moins fatiguée quand j’ai passé un peu de temps à courir ou à jouer au tennis auparavant. La condition physique est suffisamment importante aux échecs pour expliquer que les hommes soient meil­leurs que les femmes. Ce sont mes petites explications à moi.»

Membre du Club d’échecs de Payerne depuis l’âge de 7 ans, Laura Stoeri a suivi les traces de Simon, son frère de 21 ans, également champion de Suisse, avec qui elle apprécie toujours de jouer. Ses journées sont évidemment bien remplies, rythmées par les parties qu’elle étudie dans les livres écrits par les grands maîtres, ainsi que par la résolution d’exercices tactiques. Sans oublier sa trentaine d’heures de cours au gymnase.

L’an prochain, Laura Stoeri participera à Payerne au tournoi fédéral, deuxième compétition la plus importante de Suisse. Elle en sera, forcément, une pièce essentielle. Peut-être même la reine…

(24 heures)

Créé: 12.05.2015, 08h45

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 13 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...