Le sprint à la fête avec Thompson et Martina

La Pontaise reste le paradis des sprinters. Moins d'une semaine après les JO de Rio, ils ont tout donné dans la capitale vaudoise.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Même en l'absence de cracks comme Usain Bolt ou Justin Gatlin, les «pur-sang» ont encore fait parler la poudre à Athletissima, avec la victoire de la double championne olympique jamaïcaine Elaine Thompson sur 100 m (10''78) et celle, plus surprenante, du Néerlandais Churandy Martina sur 200 m en 19''81.

Les athlètes, dont une bonne partie sont apparus un peu las quatre jours après la fin des JO de Rio, avaient gardé le meilleur pour la fin. Les cerises sur le gâteau ont été posées par deux hommes frustrés de podium au Brésil. Martina s'était classé 5e du 200 m, à 0''02 du podium, et Ayanleh Souleiman 4e du 1500 m. Or, le Djiboutien a créé la grande surprise chronométrique de cette soirée lausannoise disputée dans des conditions météo parfaites. En 2'13''49, le protégé du plus que sulfureux coach Jama Aden, arrêté récemment en Espagne pour trafic de produits dopants, a réalisé le 6e temps de l'histoire sur 1000 m. Tout en savourant, «tranquillement», sa victoire sur les 20 derniers mètres. Le 1000 m est assez peu couru mais Souleiman l'a remporté avec classe!

Elaine Thompson a fait honneur à sa réputation de nouvelle reine du sprint. La championne olympique de Rio du 100 et 200 m a doublement du mérite: les sprinteuses ont couru deux fois, après avoir été rappelées pour un faux départ très difficile à identifier, les athlètes - à l'exception notable de Thompson justement - n'ayant pas entendu le rappel du starter. Dans ces conditions, le chrono de la Jamaïcaine de 24 ans (10''78) prouve non seulement qu'elle en a sous le «capot», mais aussi que sa résistance est à toute épreuve. D'ici à ce qu'elle plonge prochainement sous les 10'7, il n'y a qu'un pas. Voilà plus de 15 ans, comme l'a rappelé le speaker du stade, qu'une athlète n'avait plus couru aussi le 100 m aussi vite à la Pontaise.

Lavillenie battu

A défaut de meilleure performance mondiale de la saison, le public a pu assister à un record du meeting, à la perche. Il n'a pas jailli de la gaule de Renaud Lavillenie, qui n'a pas dépassé 5m72 (2e), mais de celle de Sam Kendricks. L'Américain, médaillé de bronze aux JO de Rio, a été épatant de constance pour s'imposer avec 5m92. Soit 1 cm de plus que l'ancien record de La Pontaise que détenait son compatriote Brad Walker.

D'une façon générale, les héros de Rio ont dû cravacher. «Je suis fatigué», a ainsi lancé, dans un anglais parfait, le Qatarien Mutaz Barshim après avoir remporté la hauteur avec 2m35. La liane de Doha a ensuite interrompu son concours, pour se préserver, en s'excusant auprès de l'assistance.

La tonalité était la même chez LaShawn Merritt. Le médaillé de bronze olympique du tour de piste, débarrassé à Lausanne de Wayde van Niekerk et Kirani James, ses «bourreaux» de Rio», s'est imposé sur 400 m en 44''50. «J'étais venu pour gagner, c'est ce que j'ai fait. Je suis satisfait», a déclaré l'Américain.

Sur les sept champions olympiques de Rio présents à Lausanne (hommes et femmes), trois seulement ont gagné à La Pontaise: Elaine Thompson, Caterine Ibarguen au triple saut (14m76) et l'Américaine Dalilah Muhammad sur 400 m haies (53''78).

Kendra Harrison avait à coeur de prendre une petite revanche après sa non-sélection pour les JO Rio. L'Américaine, éliminée dans la course aux Jeux pour avoir manqué le «top 3» aux sélections américaines, a fusé en 12''42 sur 100 m haies. Un chrono de valeur, un mois pile après son inattendu record du monde du meeting de Londres (12''20). «Je ne suis pas bien partie. J'étais quand même un peu rouillée car je n'avais plus couru en compétition depuis un mois. Mais j'aurai encore deux courses en Ligue de diamant (Zurich et Bruxelles, ndlr) et je tenterai encore de battre ce record du monde.»

Asafa Powell se rapproche encore de la barre symbolique des 100 courses de cent mètres avalées en moins de 10 secondes. Le métronome jamaïcain a fusé en 9''96, son 96e chrono «légal» (avec vent régulier) en carrière. Le Caribéen, friable psychologiquement en Championnat, a renforcé sa réputation de «bête de meeting», à défaut d'être parvenu à se qualifier pour les Jeux à titre individuel.

Le dernier tour exceptionnel de Genzebe Dibaba sur 3000 m valait le détour. C'est parti lentement mais avec un dernier 400 m en 57''53, digne de celui d'une course masculine, la championne des hauts plateaux a tout fait exploser (8'31''84). (si/nxp)

Créé: 25.08.2016, 22h31

Articles en relation

Selina Büchel a encore faim, Sprunger a le blues

Athletissima Une Selina Büchel auteure de son 3e meilleur résultat sur 800 m, voilà la performance suisse d'Athletissima. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.