Passer au contenu principal

TennisBarty - Vondrousova, la finale inattendue

Au bout de deux demi-finales tendues, Ashleigh Barty et Marketa Vondrousova ont gagné leur place en finale de Roland-Garros.

Ashleigh Barty a pu pousser un grand ouf de soulagement après 1h53' d'un combat contre elle-même.
Ashleigh Barty a pu pousser un grand ouf de soulagement après 1h53' d'un combat contre elle-même.
Keystone

Disputées dans le vent, sous le crachin et devant des tribunes aux trois-quarts vides, ces demi-finales dames de Roland-Garros n’avaient pas hérité d’une scène à la mesure de l’événement. Eh bien, ce décor lugubre et perturbant a très souvent déteint sur le niveau de jeu.

Au bout d’un concours d’approximations et de passages à vide invraisemblables, ce sont finalement Ashleigh Barty (WTA 8) et Marketa Vondrousova (WTA 38) qui ont gardé la tête un peu plus froide. Elles disputeront samedi une finale qui valait très cher, il y a quinze jours, chez les bookmakers.

Barty se bat contre elle-même

S’il faut faire une hiérarchie, le duel Barty-Anisimova fut nettement meilleur. Mais pas moins sujet à d’étranges défaillances. Jugez plutôt. Peut-être tétanisée par l’enjeu, la gamine de Freehold, 17 ans, était d’abord menée 0-5, avant de servir pour le set à 6-5 puis de profiter de cinq fautes directes de suite d’Ashleigh Barty alors que l’Australienne menait dans le tie-break (4-2).

Tout cela s’est-il calmé dans la deuxième manche? Même pas puisque Anisimova menait 3-0 avant d’aligner 14 fautes directes et offrir six jeux de suite à son adversaire (3-6).

Rassurée par ce sauvetage, l’Australienne retrouvait alors le calme nécessaire pour imposer son jeu tout en variations. Un calme très relatif, surtout lors de ses cinq premières balles de match. Mais après 1h53' d’un combat contre elle-même, Ashleigh Barty pouvait pousser un grand ouf de soulagement (6-7, 6-3, 6-3).

Konta explose psychologiquement

Marketa Vondrousova, elle, doit se demander ce qu’il lui arrive. La jeune Tchèque est certes talentueuse, mais son jeu n’a pas encore l’étoffe d’une finaliste en Grand Chelem. Et pourtant, elle a été récompensée d’avoir su contrôler ses nerfs dans l’indifférence polie du Simone-Mathieu (elle souriait entre les points).

Tout le contraire de Johanna Konta, laquelle a littéralement explosé psychologiquement. Le point de rupture s’est situé à 5-3, 40-15 lorsque la Britannique gâchait la première de ses trois balles de set en dévissant une volée liftée à deux mètres du filet!

Depuis cet instant, la protégée de Dimitri Zavialoff n’était plus tout à fait elle-même. Elle s’est accrochée, a même servi pour la deuxième manche. Mais quelque chose s’était cassé. Sereine malgré les conditions, Marketa Vondrousova a profité de l’aubaine. Et même si elle ne partira pas favorite, en finale contre Barty, la Tchèque peut rêver d'un miracle. Après tout, ce tableau femmes de Roland-Garros a abandonné depuis longtemps tout lien avec la logique.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.