Beat Feuz: «Rien n'est jamais gagné d'avance»

Ski alpinDeuxième de la descente de Wengen, le Bernois adoptait un sourire de circonstance.

Beat Feuz: «Je peux très bien vivre avec cette deuxième place.»

Beat Feuz: «Je peux très bien vivre avec cette deuxième place.» Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Beat Feuz, êtes-vous satisfait de votre course?

Je suis content bien sûr. C’est sûr qu’avec une descente parfaite, la victoire aurait été largement dans mes cordes, mais Vincent Kriechmayr n’est pas n’importe qui: c’est sûrement le meilleur technicien parmi les spécialistes de vitesse. Il a fait une course brillante, il m’a battu à la régulière, il faut l’accepter. Alors oui, je peux très bien vivre avec cette deuxième place.

Vous avez parlé de la course parfaite que vous auriez aimé réaliser. Où avez-vous raté le coche?

Sur le haut, Svindal était le plus rapide, mais on ne peut pas comparer parce qu’avec son gabarit il arrive à créer plus de vitesse que les autres descendeurs. Là où j’ai perdu la course face à Vincent, c’est entre la Minschkante et le Kernen-S, je n’ai pas skié de manière très propre, peut-être que les réglages de mon matériel n’étaient pas optimaux. Je n’ai pas réussi à emmener autant de vitesse que lors des entraînements. Pour tout vous avouer, j’étais même surpris de passer devant Svindal en arrivant en bas.

Mais déjà, vous avez secoué la tête, comme si vous saviez que ça ne suffirait pas?

A l’arrivée, j’ai tout de suite senti que ça allait être compliqué de rester devant, parce qu’il y avaient encore de gros clients en haut. Si un seul d’entre-deux arrivait à mieux négocier la partie technique que moi, alors il me battrait. Et le mérite en revient à Vincent.

Vous arriverez quand même à quitter Wengen avec un sourire sur le visage?

Oui, définitivement. Ce serait vraiment déplacé de ne pas être content avec une deuxième place sur le Lauberhorn. J’aimerais rappeler que rien ne va de soi, surtout sur la piste la plus longue de la saison qui laisse pas mal de place pour commettre l’une ou l’autre erreur. Beaucoup de gens pensaient, surtout après le premier entraînement, qu’il ne pouvait rien m’arriver. Mais rien n’est jamais gagné d’avance.

Créé: 19.01.2019, 15h39

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.