Blake frappe encore plus fort que Bolt

Athletissima Usain Bolt, qui s'alignait sur 200 m, a recueilli le plus d’applaudissements, mais c'est Yohan Blake qui a réalisé la meilleure performance intrinsèque en devenant le deuxième homme le plus rapide de l’histoire sur 100 m en 9’’69.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La grande performance de la soirée à Athletissima ne fut pas l’oeuvre d’Usain Bolt mais bien de Yohan Blake. Certes, Bolt a recueilli plus d’applaudissements, mais Blake a surpassé le maître au coeur d’une soirée étouffante en devenant le deuxième homme le plus rapide de l’histoire sur 100 m en 9’’69, pendant que Bolt, très fort lui aussi, décrochait une victoire et un chrono plus attendus sur 200 m (19’’58).

Alors que le meeting somnolait un peu dans une soirée qui a échappé de peu à l’orage, les sprinters jamaïcains ont allumé la mèche et assuré le spectacle. C’est Blake, le cadet (22 ans), qui a frappé le plus fort! Le jeune homme, alias «The Beast» (La Bête), a retranché d’un coup 0’’06 à son record personnel, se hissant à la hauteur de Tyson Gay au rang de 2e homme le plus rapide de l’histoire, à 0’’11 du record du monde d’Usain Bolt. Gay a terminé 2e en 9’’83 et Nesta Carter (Jam) 3e en 9’’95.

Et dire que Blake, plutôt piètre partant d’ordinaire, se considère plutôt comme un coureur de 200 m, distance sur laquelle sa résistance hors norme fait merveille. A La Pontaise jeudi, il n’a même pas bénéficié de conditions optimales: le vent était légèrement défavorable (- 0,1 m/s). Son temps de réaction fut excellent (le deuxième meilleur) et sa course très propre techniquement.

Pas un champion au rabais

Blake a prouvé, et de quelle manière, qu’il n’est définitivement pas un champion du monde au rabais. Si certains avaient pu chipoter après son sacre planétaire de Daegu l’an dernier en arguant de la disqualification de Bolt, l’athlète de Montego Bay a démontré à quel point il constituera une terrible menace pour le sextuple champion olympique au cours des prochains mois et des prochaines années.

Il a démontré qu’il en avait sous le pied après ses deux médailles d’argent (100 et 200 m) et son titre (4 x 100 m) des JO de Londres. Le record du meeting que détenait son compatriote Asafa Powell depuis 2008 (9’’72) est passé à la trappe. «Il a été vraiment énorme ce soir, c’est un chrono absolument fou», s’est enflammé le Français Jimmy Vicaut, excellent 5e de la course en 10’’02.

Avec une telle explosivité sur 100 m, Blake constituera une menace sérieuse pour le record du monde du monde de Bolt sur 200 m (19’’19), auquel il pourrait s’attaquer à Bruxelles début septembre. Et dire qu’après les Jeux, il avait souffert d’un petit refroidissement! Son coach Glen Mills lui promet d’ores et déjà une nouvelle progression sous peu.

Du bon Bolt

Bolt s’est montré souverain sans être impérial. En 19’’58, le Caribéen a amélioré d’un centième son record du meeting, obtenu sous le déluge en 2009, dans des conditions autrement moins favorables. Il a géré sa course plus qu’il n’a semblé forcer, un sacré signe d’excellence quand on considère qu’il a réalisé le 11e chrono de tous les temps, un de ses tout meilleurs hors Championnats et hors Jeux olympiques. L’autoproclamée «légende vivante» a besoin des conditions des grands Championnats - il a couru en 19’’32 aux JO de Londres et en 19’’19 lors de son record du monde aux Mondiaux 2009 à Berlin - pour se transcender vraiment.

Ou alors il a besoin d’une menace très directe dans son dos. De quoi regretter le fait qu’il n’affrontera plus Blake cette saison. «C’est toujours la grande classe de venir ici à Lausanne. Ma course fut bonne mais pas parfaite, il reste des choses à améliorer», a relevé Bolt. Et au sujet de Blake: «Yohan a été très impressionnant ce soir. Je suis très heureux pour lui, car nous sommes un peu comme des frères.» Derrière Bolt, Churandy Martina s’est classé 2e en 19’’85 (record des Pays-Bas) et le Jamaïcain Nickel Ashmeade 3e en 19’’94.

Concours d'un excellent niveau

Les concours du meeting ont été cette année d’un excellent niveau. Ainsi, Renaud Lavillenie a prouvé à quel point il est un formidable compétiteur. Le Français a remporté son onzième concours sur treize cette saison en s’envolant à 5m80 à la perche. Il s’est imposé au nombre d’essais devant l’Allemand Malte Mohr et le Britannique Steve Lewis (5m80 tous les deux). Champion d’Europe et champion du monde en salle en 2012, et surtout champion olympique, Lavillenie est en passe de réussir la saison parfaite avec devant lui un troisième succès consécutif qui se profile en Ligue de diamant.

La hauteur a atteint des sommets mais il a manqué 1 cm au Qatarien Moutaz Esha Barshim pour battre la MPM du champion olympique russe Ivan Ukhov. Avec 2m39, il l’a toutefois égalée, record d’Asie et du meeting en prime pour ce jeune homme de 21 ans en pleine ascension. Ukhov finit 2e (2m37) et l’étonnant Britannique Robbie Grabarz 3e (2m37 aussi, record national).

Au poids, la Néo-Zélandaise Valerie Adams a retrouvé toute sa force et ses esprits après son titre olympique qui lui a été attribué après coup, consécutivement à la disqualification pour dopage de la Biélorusse Nadzheya Ostapchuk. L’habitante de Macolin s’est imposée avec 20m95, cueillant son 27e succès d’affilée dans la discipline. «Si Jean-Pierre (Egger, son coach neuchâtelois) poursuit avec moi, je suis prête à continuer jusqu’au JO de Rio (en 2016)», a-t-elle lancé au micro du stade.

Merritt très frustré

Le public a vécu une grosse déception sur 110 m haies. Un record du monde semblait dans les cordes de l’Américain Aries Merritt, qui tournait autour depuis plusieurs semaines. Mais le champion olympique a paru tellement soucieux de bien faire qu’il a volé son départ, étant victime aussi de la lenteur du starter. Il s’est vu disqualifié, laissant son compatriote, le champion du monde Jason Richardson, filer vers la victoire en 13’’08. Merritt a quitté le stade très frustré, sans dire un mot.

Sur 400 m, la perle de la Grenade Kirani James a remporté une belle victoire en 44’’37, en répartissant très bien son effort. Mention aussi aux sprinteuses du 100 m: l’Américaine Carmelita Jeter, vice-championne olympique, s’est imposée à la photo-finish (10’’86 pour les deux athlètes) devant la double championne olympique en titre Shelly-Ann Fraser-Pryce (Jam). «Pocket Rocket» - le surnom de la Jamaïcaine de poche - s’est fait coiffer sur les derniers mètres. (SI/nxp)

Créé: 23.08.2012, 23h47

Articles en relation

Usain Bolt et Yohan Blake ont bien fait le show

Athletissima à Lausanne Les Jamaïcains Bolt (200 m) et Blake (100 m) ont réalisé d'excellents chronos. En revanche, l'Américain Aries Merritt, qui visait le record du monde sur 110 m haies, n'a pas pu prendre part à la course, suite à un faux départ. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.