Bâle giflé hors de la Ligue des Champions

FootballLe PAOK Salonique, vainqueur 3-0 mercredi à Bâle, s’est montré bien plus réaliste que le vice-champion de Suisse.

Silvan Widmer (à g.) a souffert sous ses nouvelles couleurs.

Silvan Widmer (à g.) a souffert sous ses nouvelles couleurs. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il a fallu exactement sept minutes au PAOK Salonique pour ouvrir la marque en première période et… sept minutes pour inscrire le 0-2 après la pause. Bâle, qui espérait renverser le club grec après sa défaite 2-1 à l’aller au stade Toumba, regardera la Ligue des Champions 2018-19 à la télévision.

Prestation médiocre

Le club rhénan peut encore espérer participer à la Ligue Europa, mais il devra franchir deux tours qualificatifs pour y arriver. Vu son niveau de jeu actuel et son manque de confiance, même cette tâche-là, qui aurait été une formalité il y a quelques années, semble bien compliquée.

Dans un Parc Saint-Jacques à moitié vide (14'328 spectateurs et qui ne sentait de loin pas le parfum magique des grands soirs de Coupe d’Europe, Albian Ajeti et ses coéquipiers ont connu un seul bon passage, en fin de première période. Luca Zuffi a notamment armé une belle frappe durant ce moment fort (39e). Le PAOK et ses formidables supporters (quelle ambiance dans le parcage visiteurs!) n’ont pourtant jamais été inquiétés.

Les sifflets du public bâlois

Individuellement, le club grec n’a absolument rien à envier au FCB de cette saison (même en l’absence de son champion d’Europe portugais 2016 Vieirinha, blessé à l’échauffement). En face, Bâle n’a jamais su élever le niveau de son jeu. Le mois d’août est désormais lancé et le FCB n’a pas encore gagné un match officiel.

Les premiers sifflets sont apparus à la 67e minute lorsque Silvan Widmer, complètement esseulé sur le flanc droit, a envoyé un centre à hauteur de la 8e rangée de spectateurs. C’en était trop pour les silencieuses tribunes latérales, qui ont manifesté leur désarroi et leur mécontentement à l’encontre d’une formation qu’ils ne reconnaissent plus. La «Muttenzerkurve», fidèle à elle-même, n’a jamais cessé de chanter, mais les très bruyants ultras du PAOK ont largement gagné le match des tribunes, imitant parfaitement ce qui se passait sur le terrain.

Ironie du sort en ce jour de fête nationale, le but le plus important de la victoire du PAOK a été l’œuvre d’un joueur formé en Suisse, le fameux Aleksandar Prijovic. Le «Suisse de l’Est» comme il est parfois surnommé à double sens. Ce dernier a été formé à Saint-Gall et joue désormais pour la Serbie. Prijovic n’a pas toujours été le meilleur dans les duels face à Eray Cümart et Marek Suchy, mais il a marqué le but du 0-2. Grâce à ce but tout en malice et en toucher, mais aussi à la performance globale de son équipe, le PAOK s’en va au troisième tour qualificatif de la Ligue des Champions affronter le Spartak Moscou. Les Russes seront favoris, mais ils feraient bien de se méfier de cette très solide formation grecque.

Bua et Stocker limités

Bâle a surtout souffert offensivement, notamment sur les côtés où Kevin Bua et Valentin Stocker ont montré toutes leurs limites. L’un a l’avenir devant lui et l’autre plus du tout, mais tous deux ont sombré mercredi. La défense du FCB doit également être critiquée, notamment sur le 0-2, un dégagement du gardien Alexandros Paschalakis qui a transpercé l’axe de l’arrière-garde bâloise. Aleksandar Prijovic a pu s’en emparer et lober Jonas Omlin. L’affaire était donc pliée, Bâle éjecté de la Ligue des Champions après ses exploits de l’année passée. Marcel Koller, qui devrait être présenté tout prochainement, va récupérer une formation en crise.

La Suisse ne peut donc plus compter que sur Young Boys pour participer à la Ligue des Champions cette saison. Le champion de Suisse devra passer par un tour de play-off, face à un adversaire qui reste encore à définir.

FC Bâle 1893 – PAOK Salonique 0-3 (0-1)

Parc Saint-Jacques, 14’328 spectateurs.

Arbitre M. Valeri (Italie)

But 7e Varela 0-1, 52e Prijovic 0-2, 60e El Kaddouri 0-3

Avertissements 16e Prijovic (jeu dur), 33e Zuffi (jeu dur), 44e Serey Die (jeu dur), 48e Matos (antijeu)

Notes Bâle sans Xhaka, Petretta et Kuzmanovic (blessés). Le PAOK sans Vieirinha (blessé à l’échauffement).

Bâle, en rouge et bleu, en 4-2-3-1 Omlin; Widmer, Cümart, Suchy, Balanta; Serey Die, Zuffi; Bua, Kalulu (83e Oberlin), Stocker (46e’ Campo); Ajeti (73e van Wolfswinkel) Entraîneur: Alexander Frei

PAOK, en noir et blanc, en 4-2-3-1 Paschalakis; Matos, Khacheridi, Varela, Crespo; Canas (81e Shakhov), Mauricio; Limnios, Pelkas (84e Warda), El Kaddouri (74e Jaba); Prijovic Entraîneur: Razvan Lucescu

Créé: 01.08.2018, 22h10

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.