Bâle compte sur Janko pour dynamiter Séville

FootballCe jeudi soir en Espagne, les champions de Suisse jouent leur avenir en Europa League. Leur buteur autrichien doit frapper.

Muet à l’aller, mais buteur ce week-end en Super League, Marc Janko est attendu ce jeudi soir.

Muet à l’aller, mais buteur ce week-end en Super League, Marc Janko est attendu ce jeudi soir. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Difficile d’échapper à ce sacré coco de Marc Janko. Plus encore que par la grâce de ses 196 cm et de ses 93 kilos, l’attaquant du FC Bâle n’entreprend rien pour passer inaperçu. En Suisse, il a déjà tout «trop» bien fait pour songer s’extirper des feux des projecteurs. Imaginez donc qu’en moins de neuf mois passés au Parc Saint-Jacques, l’international autrichien a réussi l’impensable exploit d’avoir partiellement fait oublier Marco Streller, icône du public local. Eh oui, c’est peu dire qu’en empilant 16 buts et 2 passes décisives en Super League, le No 21 s’est installé dans le cœur des fans «rot-blau» et parfaitement fondu dans le moule de la gagne estampillé FCB. Ne lui reste en réalité plus qu’à frapper fort à l’échelle européenne. Et si c’était pour ce jeudi soir à Séville?

Le pari de la victoire

L’interrogation brûle les lèvres alors que le 8e de finale retour d’Europa League pointe son nez (coup d’envoi à 21 h 05). Et si le géant de Vienne catalyse tous les regards, c’est tout simplement car au sortir du 0-0 de la semaine passée, les champions de Suisse devront absolument marquer pour moucher des Andalous tenants du trophée. Et peut-être que tout cela ne tombe pas si mal, finalement, puisqu’après avoir manqué une énorme occasion d’emblée à Saint-Jacques, Janko a les crocs. «J’aurais dû marquer, j’ai même cru que c’était bon en voyant le ballon arriver sur ma tête, car je pouvais frapper le cuir comme je le voulais», avouait-il après coup. Avant de reprendre: «J’espère que je n’aurai pas à le regretter.» Son entraîneur Urs Fischer non plus…

Plutôt à l’aise sur la scène continentale lorsqu’il évoluait au FC Twente (saison 2011-2012), Marc Janko (qui soufflera ses 33 bougies pendant l’Euro) ne s’y est pas montré aussi décisif ces derniers temps que sur territoire helvétique. Or, les Rhénans continuent de le considérer – et à juste titre, sans doute – comme l’un de leurs seuls éléments susceptibles d’allumer la lumière tout à l’heure. Mais il faudra combattre pour cela, car Séville est redoutable dans son antre de Sanchez-Pizjuan (19 victoires et seulement 2 défaites depuis le mois de septembre). «Je mise sur une victoire 0-1», s’est amusé l’Autrichien interrogé par Blick.

«A la maison, on est capables de tout et surtout en mesure de battre tout le monde», lâche en écho Adil Rami, le défenseur français des «Sevillistas». Surtout, ces derniers – qui ont enlevé les deux dernières éditions de la C3 – pourchassent un record, puisqu’en cas de victoire, ils deviendront les premiers à rallier trois fois de rang les quarts de finale de l’Europa League.

La foi de Xhaka

Une musique d’avenir que le FC Bâle n’entend cependant pas laisser résonner dans la douceur andalouse. Pour avoir plié sous la furia de Valence il y a deux ans en quarts de finale de cette compétition (défaite 5-0 après avoir gagné 3-0 à domicile!), les Rhénans savent à quelle déferlante ils devront tenter de faire face. Privés de Walter Samuel (suspendu), Marek Suchy et ses partenaires n’auront d’autres choix que de serrer les rangs d’entrée pour ne pas se faire surprendre. Après, libre à Janko, voire à Breel Embolo, lequel n’a plus marqué depuis 130 jours, de trouver l’ouverture. A moins que le salut ne vienne des pieds de Luca Zuffi, double buteur au tour précédent contre Saint-Etienne?

Peu importe, dans le fond, puisque les Bâlois refusent de tirer des plans sur la comète et veulent seulement croire très fort en leurs chances. «Car Séville a beau avoir gagné deux fois l’Europa League, c’est une équipe battable», (se) justifie Taulant Xhaka. Lequel, comme tous ses coéquipiers, a bien noté qu’une escapade en quart de finale pourrait amener un «client» tel que le Borussia Dortmund ou Liverpool à Saint-Jacques dans trois semaines.

Soit le moment idéal pour que Marc Janko se mue en poison d’avril.

Créé: 17.03.2016, 08h56

Articles en relation

Match nul entre Bâle et Séville

Football Le FC Bâle et le FC Séville se sont quittés sur un match nul 0-0 en 8e de finale aller de l'Europa League. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...