Charles Leclerc: «Mieux que dans mes rêves les plus fous»

AutomobilismeAu GP d'Italie de F1 à Monza, devant un public en délire, le Monégasque a résisté toute la course à deux Mercedes plus rapides que lui.

Charles Leclerc a offert à Ferrari une victoire attendue depuis celle de 2010 à Monza.

Charles Leclerc a offert à Ferrari une victoire attendue depuis celle de 2010 à Monza. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cinquante-trois tours de course-poursuite. Cinquante-trois tours à rester devant les Mercedes, à les retenir dans les virages, à profiter des lignes droites pour leur grignoter quelques dixièmes grâce à la puissance de son moteur Ferrari. Et au bout de la piste, la délivrance. Charles Leclerc a tenu bon. Bien parti depuis sa pole position, il a résisté à l’incroyable pression des deux Mercedes pour imposer sa Ferrari devant un public qui ne demandait que ça. Sa deuxième victoire, une semaine après celle du GP de Belgique.

«Charles, ne regarde pas»

«La course a été vraiment difficile, nettement plus que dimanche dernier à Spa, commentait Charles Leclerc après l’arrivée. Je crois que le plus grand écart dont j’ai bénéficié, aujourd’hui, s’est monté à 1,8 seconde. Les Mercedes étaient tout le temps sur mon dos. Et je savais que Lewis ne commet jamais d’erreur, j’étais condamné à ne pas en faire, il fallait que je reste devant. J’ai commis quelques petites fautes, mais heureusement j’ai pu garder la tête…»

Sebastian Vettel, sur l’autre Ferrari, étant distancé, Charles Leclerc ne pouvait compter que sur lui-même. «Notre stratégie était bonne, mais j’ai eu assez vite du mal à gérer la dégradation des pneus, poursuivait-il. Les trois ou quatre premiers tours de course, ça allait, mais ensuite les performances ont commencé à chuter. Je devais me battre pour conserver mes gommes. C’était interminable, j’avais l’impression que la course avait duré nettement plus que 53 tours. Mais je la voulais, cette victoire. Je la voulais tellement. C’est la première fois de ma vie que j’arrive sur un circuit et que je ne pense qu’à gagner.»

Il passe Vettel au classement

En fin de course, après un freinage raté, Lewis Hamilton a dû laisser son équipier Valtteri Bottas prendre le relais pour attaquer la Ferrari jusqu’au drapeau en damier. «À deux tours de l’arrivée, je voyais les gens tendre les bras et agiter leurs drapeaux. Je me suis dit «Charles, ne regarde pas, reste concentré». Mais je vous assure, c’était très difficile de ne pas regarder!» La ligne d’arrivée franchie, c’était la délivrance. «J’ai hurlé dans mon casque. Et depuis ce moment, je vis un pur bonheur. Sur le podium, voir tous ces gens chanter l’hymne italien, c’était une émotion incroyable. Une vraie libération.»

Au championnat, toujours dominé par Hamilton et Bottas, Leclerc passe devant son équipier Vettel et n’est plus qu’à trois points de la troisième place de Verstappen (Red Bull).

Créé: 08.09.2019, 21h06

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...