Passer au contenu principal

Chassot présente le Tour de Romandie, étape par étape

La boucle romande débute mardi, et son directeur Richard Chassot promet «du spectacle».

Richard Chassot, dans la rue du Petit-Chêne à Lausanne, théâtre de la dernière étape.
Richard Chassot, dans la rue du Petit-Chêne à Lausanne, théâtre de la dernière étape.
Keystone

Il y en aura pour tous les goûts de mardi à dimanche sur le Tour de Romandie. Un programme varié que détaille Richard Chassot, le directeur de l'épreuve romande.

Mardi, 1re étape: contre-la-montre par équipes: Vallée de Joux (Le Sentier) - Juraparc, 19,2 km.

Le Tour de Romandie n'a plus accueilli de chrono par équipes depuis 2009 à Yverdon. Son retour permet à la boucle romande de coller aux trois grands Tours (Italie, France, Espagne), qui organiseront une telle épreuve. «C'est une discipline spectaculaire, mais aussi appréhendée par de nombreux coureurs. A la Vallée de Joux, sur un parcours quasiment plat, les grimpeurs vont souffrir», prévient Richard Chassot.

De quoi favoriser Chris Froome et son armada de rouleurs chez Sky? «Sans doute. Mais cela obligera ensuite les grimpeurs à attaquer en montagne», estime-t-il.

Mercredi, 2e étape: Apples - St-Imier, 168,1 km.

Avec quatre petites ascensions, dont La Vue des Alpes à 20 km de l'arrivée, les coureurs offensifs auront un coup à jouer. «Il s'agit d'une étape très ouverte qui devrait donner lieu à des coups de bluff. Le final est réservé aux costauds», prévoit Richard Chassot.

Jeudi, 3e étape: Moutier - Porrentruy, 172,5 km.

Nouvelle journée dans le Jura et nouveau parcours propice aux attaques avec quatre petites côtes, dont le Col des Rangiers. «Le Jura offre un terrain de jeu idéal pour ce genre d'étapes animées», note Richard Chassot. «Cette arrivée à Porrentruy constitue aussi un clin d’œil à la magnifique étape du Tour de France en 2012, qui avait vu la victoire de Thibaut Pinot», rappelle-t-il.

Vendredi, 4e étape: La Neuveville - Fribourg, 169,8 km.

Sans véritables difficultés, cette étape semble réservée à un sprinter. «Le peloton arrivera sur un faux plat descendant sur le Boulevard de Pérolles. C'est une arrivée parfaite pour les sprinters», commente Richard Chassot.

Samedi, 5e étape: Fribourg - Champex-Le Lac, 162,7 km.

C'est l'étape reine de cette édition 2015 avec ses quatre cols de première catégorie: le Col des Mosses, Les Giettes, La Petite Forclaz et la montée finale vers Champex-Lac.

«Les équipes ne se sont pas encore vraiment testées en montagne cette année. Du coup, elles me demandent de telles difficultés. Elles seront servies avec ces quatre cols», explique Chassot. «La montée sur Champex-Lac, avec ses virages en épingle, promet notamment une sacrée bagarre», précise-t-il.

Dimanche, 6e étape: contre-la-montre individuel à Lausanne, 17,3 km.

Cet ultime chrono revisite l'ancienne course de côte «A Travers Lausanne», dont la dernière édition s'était déroulée en 2001. «C'est un parcours mythique et très exigeant avec les montées pavées du Petit-Chêne et de la Mercerie», note Richard Chassot. «Les coureurs devront ensuite prendre des risques lors d'une descente technique pour revenir au bord du lac. Il y aura du spectacle», ajoute-t-il.

(si)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.