La Chine dépense des fortunes dans ses transferts

FootballLa Chine se trouve désormais dans le Top 5 des pays acheteurs sur le marché des transferts internationaux.

La Chine s'est illustréeavec de nouveaux transferts records comme celui du milieu brésilien Oscar (Chelsea).

La Chine s'est illustréeavec de nouveaux transferts records comme celui du milieu brésilien Oscar (Chelsea). Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les clubs chinois ont dépensé plus de 450 millions de dollars (environ le même montant en francs) pour attirer des joueurs depuis l'étranger en 2016. La Chine figure désormais dans le Top 5 des pays acheteurs sur le marché des transferts internationaux, selon un rapport de la FIFA.

C'est un bond impressionnant pour la Chine qui n'était que 20e de ce classement en 2013. Les 450 millions de dollars de dépenses représentent plus de 2,5 fois le chiffre de 2015. En cinquième position, les clubs chinois talonnent désormais les grands championnats européens. Les plus dépensiers restent cependant les clubs anglais, largement en tête avec 1,37 milliard de dollars ( 8,7% sur un an).

Suivent l'Allemagne (576,4 millions de dollars, 55,9%), l'Espagne (508,7 millions, -15,6%) et l'Italie (508,5 millions, -5,5%). Les clubs français sont sixièmes avec des dépenses en transferts internationaux évaluées à 207,7 millions de dollars (-34,5%) en 2016.

«Bulle spéculative»

La Chine s'est illustrée récemment avec de nouveaux transferts records comme celui du milieu brésilien Oscar (Chelsea) qui a signé au Shanghai SIPG pour une somme estimée à 60 millions d'euros.

Mi-décembre, le Quotidien du peuple, l'organe du Parti communiste chinois au pouvoir, avait appelé les clubs à maîtriser leurs dépenses pendant le mercato afin de préserver leur équilibre financier et éviter une «bulle spéculative», compte tenu de la faible croissance de la vente de tickets et de produits dérivés.

Le rapport de la FIFA montre aussi que les clubs anglais parient largement sur la jeunesse avec un âge moyen des joueurs engagés de 22 ans et 8 mois, une moyenne particulièrement précoce par rapport aux autres grands championnats.

Il révèle également une nette hausse des dépenses des clubs russes, de 383% par rapport à 2015, pour un total de 114,1 millions de dollars en 2016. Dans la colonne des recettes, les clubs qui obtiennent le plus de revenus en vendant leurs joueurs à l'international sont espagnols (554,5 millions de dollars, en hausse de 49,5%), italiens (486,2 millions, 44,6%) et français (453,8 millions, -0,3%).

Au total, plus de 14 000 transferts internationaux ont eu lieu en 2016, précise la FIFA, pour des indemnités globales de 4,79 milliards de dollars ( 14,3%). Il s'agit de la plus forte hausse depuis 2013.

Ces chiffres sont basés sur les données de transactions individuelles fournies par les clubs de football dans le système de régulation des transferts (TMS) mis en place par la FIFA. (si/nxp)

Créé: 27.01.2017, 10h07

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.