Passer au contenu principal

«Il y a quelque chose à jouer au Brésil»

Dans les coulisses vendredi soir, après leur victoire à Tirana face à l'Albanie, les joueurs d'Ottmar Hitzfeld ont évoqué la joie de tout un groupe.

Les joueurs de l'équipe de Suisse remercient leur public, à Berne, après la victoire face à la Slovénie (15 octobre)
Les joueurs de l'équipe de Suisse remercient leur public, à Berne, après la victoire face à la Slovénie (15 octobre)
Keystone
Les joueurs de l'équipe de Suisse fêtent leur qualification pour le Mondial 2014 au Brésil avec leur public, à Berne. (15 octobre)
Les joueurs de l'équipe de Suisse fêtent leur qualification pour le Mondial 2014 au Brésil avec leur public, à Berne. (15 octobre)
Keystone
Quatre jours plus tôt, la Suisse avait été s'imposer à Ljubljana, pour son premier match de ses éliminatoires face à la Slovénie 2-0 (7 septembre 2012)
Quatre jours plus tôt, la Suisse avait été s'imposer à Ljubljana, pour son premier match de ses éliminatoires face à la Slovénie 2-0 (7 septembre 2012)
Keystone
1 / 43

Même si ce groupe E n'était pas vraiment un groupe de la «mort», Ottmar Hitzfeld savoure la qualification de la Suisse pour le Mondial 2014 au Brésil. Le coach national est ravi de la maîtrise affichée par les siens.

«Nous avons cueilli 21 points. Nous n'avons pas encaissé beaucoup de buts. Et nous avons progressé dans la jouerie, se félicite-t-il. La clé fut cette stabilité que nous avons su acquérir au fil des matches. Chaque joueur s'identifie pleinement à cette équipe».

Le sélectionneur a rendu un hommage appuyé à Xherdan Shaqiri. «Xherdan était gêné par un problème à la cuisse, explique-t-il. Il était vraiment diminué ce soir. Malgré tout, il nous sort un grand match. Son but fut capital». Le sélectionneur doute que Shaqiri soit de la partie mardi contre la Slovénie. Averti à Tirana, Steve Von Bergen sera, quant à lui, suspendu pour cette dernière rencontre.

Ottmar Hitzfeld a, une fois de plus, relevé les mérites de Valon Behrami. «Il est le moteur de l'équipe. Il abat un travail défensif énorme. Mais il est aussi capable de se projeter vers l'avant, de donner le rythme» dit-il. Le joueur du Napoli a disputé les neuf rencontres de cette campagne. Neuf matches au cours desquels il fut irréprochable».

Ottmar Hitzfeld n'a pas voulu évoquer son avenir. Son contrat court jusqu'à la Coupe du monde au Brésil. «Je rencontrerai les dirigeants de l'ASF après cette campagne de qualification», lâche-t-il. Tout indique qu'il prolongera son bail jusqu'à l'Euro 2016 en France.

Les autres réactions

Steve von Bergen: «Le match a été très difficile et nous n'avons pas été capable de proposer notre jeu. La qualification était notre objectif et nous sommes heureux, surtout que nous avions raté le coche contre l'Islande. Ce penalty tombé en fin de rencontre nous a crispés et on n'était pas à l'abri d'une tuile, mais tout s'est bien terminé. Et c'est à nouveau un néophyte qui marque le but décisif, c'est vraiment super pour Michael. Maintenant on veut bien finir, parce que ce serait une première de se qualifier pour une phase finale sans perdre un seul match.»

Gelson Fernandes: «Cette qualification est totalement méritée. Et je vois un vrai potentiel au sein de cette équipe. Les jeunes sont vraiment jeunes et les joueurs expérimentés sont en pleine possession de leurs moyens. Je suis fier de faire partie de cette équipe. Une équipe dont l'état d'esprit est extraordinaire. C'est simple, il n'y a pas un seul «con» dans ses rangs. C'était très délicat ce soir sur ce terrain, mais nous avons répondu présents. Et encore une fois, lorsque l'on regarde l'effectif, on se dit qu'il y a quelque chose à jouer au Brésil.»

Michael Lang: «Je n'arrive pas à croire que j'ai marqué. Je suis heureux et surpris à la fois, surtout que c'était un match décisif et que c'était un but important, car ce 2-0 nous a permis d'être plus tranquilles.»

Haris Seferovic: «Je n'ai jamais eu peur. L'ambiance? Le contexte avec nos six joueurs d'origine albanaise? Nous n'avons pas été perturbés par ces facteurs. Le Brésil était un rêve. Je vais le réaliser. J'étais loin du compte en début d'année. J'étais dans une impasse à la Fiorentina. J'ai heureusement pu rebondir. Je ne dirais pas que ce but contre Chypre a changé ma vie. Il y en a d'autres. Mais c'est vrai, son importance fut capitale.»

(si)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.