Passer au contenu principal

GolfCrans-Montana prépare son édition de rêve

L’excitation monte, à un peu plus d’une semaine de l’European Masters 2019. Une édition qui devrait battre tous les records.

L'effet Rory McIlroy fonctionne à plein à Crans-Montana.
L'effet Rory McIlroy fonctionne à plein à Crans-Montana.
Keystone

Une prévente de billets qui marche du tonnerre. Des lits qui promettent d’être occupés comme rarement à cette période de l’année. À Crans-Montana, à un peu plus d’une semaine de l’European Masters, l’effet Rory McIlroy se ressent déjà fortement.

Il faut dire que derrière Tiger Woods, la star nord-irlandaise (30 ans, 25 titres en carrière dont quatre en Grand Chelem) est sans doute le plus efficace des aimants de la planète golf. «On va exploser le record d’affluence», a souri Yves Mittaz, mardi, en conférence de presse. Le directeur du tournoi valaisan table sur une augmentation de «20% environ» par rapport aux quelques 50'000 spectateurs enregistrés l’an dernier. Et cela, «quasi uniquement grâce à la présence de Rory. Si Woods est le Federer du golf, McIlroy en est le Nadal.»

Battu en play-off en 2008, 7e en 2009 et 3e en 2011, le No 3 mondial cherchera à enfin enfiler la veste rouge du vainqueur de l’Open de Suisse. Une épreuve qui lui tient à cœur pour y avoir été invité (voyage et logement compris) alors qu’il n’était qu’un gamin, inconnu du grand public, il y a onze ans.

Un plateau de choix

Pour parvenir à ses fins, Rory McIlroy aura fort à faire. Car le plateau de l’édition 2019 est loin de se résumer au Nord-Irlandais. Tommy Fleetwood (13e mondial), Sergio Garcia (29 succès dont un en Grand Chelem), Matthew Fitzpatrick (30e mondial et double tenant du titre à Crans), Alexander Noren (vainqueur sur le Haut-Plateau en 2009 et en 2016), Matt Wallace (27e mondial), Bernd Wiesberger (deux victoires cette saison), Danny Willett (six succès dont un en Grand Chelem) ou encore les plus anciens Padraig Harrington (trois Majeurs), Lee Westwood (42 titres) et Miguel Angel Jiménez (21 victoires). Il y aura du lourd, cette année, à l’European Masters (29 août au 1er septembre).

Les raisons de cette édition de rêve, la 80e de l’Open de Suisse sur le parcours de Crans-sur-Sierre, sont multiples. Parmi elles: la refonte du calendrier du circuit américain, dont la saison 2019 prendra fin ce dimanche déjà (contre le 23 septembre en 2018). De quoi libérer les meilleurs Européens établis aux États-Unis et intéressés à disputer le tournoi valaisan (2,5 millions d’euros de dotation; 450'000 euros pour le vainqueur).

À noter que huit joueurs helvétiques seront au départ. Seul Romand engagé, le Genevois Raphael De Sousa (36 ans) tentera de franchir le cut du vendredi soir pour la première fois en douze participations.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.