La décision de la BNS touche aussi Federer

Taux plancherLa décision de la Banque nationale suisse d'abolir le taux plancher va se ressentir dans les poches du Bâlois.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

A priori, Roger Federer est à l’abri du besoin. Avec presque 89 millions de dollars gagnés sur le circuit depuis le début de sa carrière, le Bâlois a de quoi voir venir. Pourtant, la décision de la Banque nationale suisse (BNS) d'abolir le taux plancher va se ressentir dans les poches du numéro 2 mondial, raconte Bloomberg.

Interrogé sur l'onde de choc provoquée par la décision surprise de laisser s'apprécier le franc suisse, le Bâlois a plaisanté avec les journalistes en conférence de presse. «Est-ce que cela signifie que je dois gagner à partir de maintenant?», a rétorqué l'homme aux 17 titres du Grand Chelem, comme si le besoin de victoires était maintenant plus grand.

Préoccupé pour l'économie suisse

Toujours selon Bloomberg, Roger Federer, qui deviendrait le plus vieux vainqueur d'un tournoi du Grand Chelem si il s'imposait à Melbourne, s'est dit «préoccupé» par l'impact de la décision de la BNS sur l'économie helvétique même si il admet, de loin, ne pas être un expert en la matière.

«Il est clair que cela a eu un impact sur moi, il n'y a aucun doute à ce sujet (...) Pour l'exportation ou le tourisme, ce n'est pas idéal, mais nous verrons comment nous nous adapterons. J'ai toujours pensé que c'est un endroit (la Suisse) merveilleux à visiter, alors s'il vous plaît venez», a déclaré le Bâlois.

A la suite de la décision de la BNS, jeudi, le franc s'est nettement et brusquement apprécié face à toutes les monnaies -dont le dollar australien (10% de plus par rapport à l'an dernier)- et surtout par rapport à la monnaie unique. Celle-ci a atteint un plus bas historique juste sous 99 centimes.

Créé: 20.01.2015, 09h27

Galerie photo

La vie de Roger Federer en images

La vie de Roger Federer en images Retrouvez les faits marquants de la carrière sportive du Bâlois, ainsi que les grands moments de sa vie privée.

Articles en relation

«La BNS se devait de garder un secret absolu»

Fin du taux plancher Jean-Pierre Roth, ex-président de la Banque nationale suisse (BNS), considère que l'institut d'émission ne pouvait donner des signes avant-coureurs avant son annonce de jeudi dernier. Plus...

L'impact du franc fort inquiète les députés

Grand Conseil Plusieurs interpellations seront déposées au Grand Conseil ce matin sur les conséquences de la décision de la BNS pour l’économie vaudoise. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.