Comment Dominique Blanc est devenu président de l’ASF

FootballLe Vaudois de 69 ans a été élu à une écrasante majorité. Le dossier du manager de l’équipe de Suisse est classé prioritaire.

La nomination de Dominique Blanc où l’élection éclatante du porte-étendard des sans-voix.

La nomination de Dominique Blanc où l’élection éclatante du porte-étendard des sans-voix. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Samedi matin, à Ittigen (BE), Dominique Blanc est entré dans l’auditoire de la Maison des Sports en tant que candidat à la présidence du football helvétique. Moins de trois heures plus tard, le Vaudois allait en ressortir sous les applaudissements dans le costume de nouveau patron, successeur désigné de Peter Gilliéron. Il est le premier dirigeant romand à accéder à une telle fonction après le Valaisan Marcel Mathier, dont le règne s’était étendu entre deux siècles (de 1993 à 2001).

Après un premier tour qui a éliminé «Jeff» Collet, le candidat des ligues inférieures a bénéficié de l’important report des voix de la Swiss Football League pour remporter, avec 69 suffrages, une élection éclatante au détriment de l’ancien arbitre Kurt Zuppinger (31), dont le discours teinté d’arrivisme n’a pas convaincu son auditoire.

Dans la continuité

Dominique Blanc, lui, a été fidèle à ce qu’il est, ne variant pas d’un iota son discours. Porté par son efficace directeur de campagne, le Lucernois Urs Dickerhof, très influent patron de l’Association de Suisse centrale, il ne s’est pas dispersé. Porte-étendard des sans-voix, l’heureux élu incarne le peuple des footballeurs – «99% des joueurs sont des amateurs», aime-t-il répéter, sans pour autant négliger le sommet de la pyramide.

Au contraire de ses deux concurrents, parlant davantage argent et droits TV que passion communicative, le Vaudois a joué la carte du changement dans la continuité. «Je deviens président d’une ASF plutôt performante. Je ne sais pas si c’est un cadeau. Il faudra maintenir le niveau, sinon faire mieux.» Souvent attaqué sur son âge par ses plus jeunes adversaires – il fêtera ses 70 ans le 5 décembre –, celui qui a dirigé l’Association vaudoise durant huit ans (de 2007 à 2015) a surtout démontré dans la banlieue bernoise la vitalité et l’énergie combative qui l’habitent. «Le président Zloczower s’était retiré à 76 ans. Cela me laisse le temps de faire quelques mandats», a souri l’intéressé, dont l’entregent a fini de séduire ceux qui hésitaient encore à lui accorder leurs voix.

Avant de pouvoir enfin fêter un triomphe ressemblant à un plébiscite parmi ses plus proches lieutenants, Dominique Blanc a dû satisfaire samedi ses premières obligations (presse, radio, TV) liées à son nouveau rang. «Je ne me suis jamais senti seul dans la campagne, on m’a constamment épaulé, a-t-il dit devant une forêt de micros et les caméras. Manifestement, les délégués ont apprécié ce qui avait été beaucoup critiqué dans les médias.»

Félicitations de choix

Investi d’une lourde charge, le président Blanc sait dorénavant qu’il lui faudra convaincre, ce qu’il a toujours réussi à faire dans ses précédentes fonctions où son sens du consensus a souvent fait des merveilles. Mais cette fois, c’est au sommet qu’il va trôner, à la fois si proche et si loin de cette base qui constituait jusque-là son fonds de commerce. Le chef d’entreprise lausannois va diriger une institution qui se porte bien financièrement, avec un budget annuel passé de 45 millions de francs en 2012 à quelque 70 millions sept ans plus tard. Dans son nouveau jardin, il n’entend pas tout raser, tant s’en faut. «L’objectif est de prendre soin de l’arbre, de tailler ce qui convient de l’être, au lieu de s’en approcher avec une tronçonneuse.»

Parmi ses premiers dossiers figure celui de la nomination du fameux manager de l’équipe de Suisse. En dépit des recommandations contenues dans les conclusions du rapport Heusler après la polémique de l’aigle bicéphale réalisé par Xhaka et Shaqiri en Russie et du monstrueux cafouillage qui s’en était suivi en termes de communication, rien n’a bougé. Si plusieurs candidats (Alain Sutter, Fredy Bickel, Christoph Spycher, Andres Gerber notamment) ont déjà décliné l’offre, la raison en incombe aussi au fait que le poste lui-même n’a pas encore été clairement défini. «On va empoigner ce dossier dès cette semaine…»

Demeuré à Berne tout le week-end, Dominique Blanc a vécu dimanche son premier jour de nouveau patron (il le sera officiellement dès le 1er juillet). «Je sens les attentes. Elles sont légitimes», lâchait-il avant d’assister à la finale de la Coupe. Comme il s’y était engagé au moment de prôner la transparence, le vainqueur des joutes d’Ittigen publiera son salaire dès qu’il en aura pris connaissance. «Pour le moment, je ne le connais pas…»

Depuis samedi midi, le Vaudois croule sous les félicitations, venues de tous les horizons. Le conseiller fédéral vaudois Guy Parmelin a été l’un des premiers à honorer celui qui porte toujours la casquette du FC Bercher. Président de la FIFA, Gianni Infantino s’est lui aussi manifesté. «Il a conclu en me souhaitant bon courage.» Il lui en faudra pour ne pas décevoir les acteurs d’un football suisse qu’il aime tant servir.


Constantin flingue la candidature Collet

Jusqu’au bout, Jean-François «Jeff» Collet a voulu y croire, quitte à jouer l’offensive verbale, voire choquer, au moment de se présenter devant l’assemblée. «Un Suisse n’est pas à l’aise quand il doit dire pourquoi il est le meilleur. Pourtant, je vais vous le dire…» a lâché l’ancien boss du LS. Dans un rôle de VRP de luxe, MM. Binggeli (Xamax) et Canepa (Zurich) devaient lui emboîter le pas afin d’exhorter l’assemblée à voter Collet. Une démarche qui allait faire bondir Christian Constantin, fustigeant l’arrogance de la Ligue et militant en faveur du candidat Zuppinger. «Ce qui s’est fait ne se fait pas. C’est de la folie d’agir ainsi…» devait fulminer le boss du FC Sion. Sans doute sa campagne anti-Collet était-elle aussi un retour de bâton suite à l’affaire des 36 points de pénalité infligés au club valaisan en 2011. À l’époque, le président du LS s’était prononcé en faveur d’une telle sanction.

Ce qui est certain, c’est que la campagne très offensive de l’ancien patron de la Pontaise a manqué sa cible. «Je suis resté moi-même jusqu’au bout, justifie Collet. Ce que je proposais n’était pas ce que les gens attendaient. Beaucoup de délégués s’étaient pourtant engagés à voter pour moi. Dans ma tête, je devais au moins faire 35 voix.» Mauvais calcul. Premier à sortir du jeu, le candidat de la SFL n’en a obtenu que 29. Entre intrigues de couloir et profondes fractures, le monde professionnel est apparu plus divisé que jamais au moment où la Ligue amateur prônait l’union sacrée. N.Jr.

(24 heures)

Créé: 19.05.2019, 17h23

Bio express

Famille Dominique Blanc est né le 5 décembre 1949.
Séparé, il a deux enfants adultes (43 et 41 ans) et est deux fois grand-papa.

Profession Maîtrise fédérale d’agent de commerce. Chef d’entreprise, il possède des mandats dans une société active dans le domaine
des matériaux et de la protection contre la corrosion. Il a aussi enseigné durant huit ans.

Joueur et arbitre Comme joueur, il a évolué au FC Olympique Riponne, club aujourd’hui disparu. Il a arbitré jusqu’en 1re ligue avant d’être arbitre assistant en LNA (jusqu’en 1980).

Il est membre du FC Bercher.

Dirigeant Président de l’Association vaudoise de football entre 2007 et 2015, année où il a été élu à la présidence de la Ligue amateur (qui regroupe 13 associations régionales).

N.Jr.

Articles en relation

Patron du foot suisse: trois candidats pour un vrai défi

Présidence de l’ASF Dominique Blanc et Jean-François Collet, deux Vaudois, briguent samedi la présidence de l’ASF. Kurt Zuppinger, le troisième candidat, pourrait profiter de son origine alémanique. Plus...

Espérons que les candidats ont caché leur jeu

Commentaire Plus...

«L’ASF doit être dirigée par quelqu’un du monde amateur»

Football Candidat de la base, Dominique Blanc ambitionne de devenir le patron du football suisse. Le Vaudois détaille ses motivations. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.