Passer au contenu principal

Dans le doute au Bayern, Shaqiri profite en sélection

Le Bâlois n'exclut pas un départ de Munich durant l'hiver, si sa situation l'exige. «Oui, c'est possible. Comme tous les joueurs, je veux du temps de jeu.»

Xherdan Shaqiri arrive à l'hôtel de l'équipe de suisse à Feusisberg (1er septembre 2014).
Xherdan Shaqiri arrive à l'hôtel de l'équipe de suisse à Feusisberg (1er septembre 2014).
Keystone

Jusqu'ici, tout va bien. Xherdan Shaqiri joue au Bayern Munich et en profite, sans écarter toutefois la possibilité d'un départ en janvier prochain. Mais, actuellement, le Bâlois n'a qu'une seule chose en tête: l'équipe nationale et ce match de lundi contre l'Angleterre.

«Pour le moment, il s'agit d'apprendre à nous connaître mais ce que je peux dire, après ces trois entraînements, est que Vladimir Petkovic est un coach très communicatif et exigeant.» Soucieux de tisser rapidement des liens étroits avec la star de son équipe, le nouveau sélectionneur a déjà fait le voyage vers la Bavière pour s'entretenir avec «Shaq». «Oui, il est venu me voir après le premier match de Bundesliga et nous avons pu parler ensemble.»

Une rencontre, comme du reste toutes les parties officielles du Bayern depuis la reprise, que le Bâlois avait disputée. «Pour le moment, je joue, donc tout va bien. Il faudra voir sur le long terme... On est toujours un peu préoccupé par son avenir. Je verrai bien comment évoluent les choses.»

Le Bâlois sait pertinemment que, quand l'enjeu sera maximal, il aura de la peine à passer devant les Robben, Ribéry et autre Müller sur la liste de Pep Guardiola.

«Je veux du temps de jeu»

Alors, et même s'il se dit «content de la fin de l'agitation liée au mercato» (Liverpool avait formulé une offre de 20 millions d'euros) et du fait «de pouvoir à nouveau me concentrer pleinement sur le football», Shaqiri n'exclut pas un départ durant l'hiver, si sa situation l'exige. «Oui, c'est possible. Comme tous les joueurs, je veux du temps de jeu.»

Ce qui ne sera pas un problème dans une équipe de Suisse dont il est le leader offensif. A l'autre bout du terrain, celui qui semble être le leader de la défense pour Petkovic est Johann Djourou. Reste à savoir qui de Steve Von Bergen (associé au Genevois mardi à l'entraînement) ou de Philippe Senderos (qui a fait la paire avec son ancien coéquipier à Arsenal lors de la séance de mercredi) complètera le binôme.

Car une chose paraît acquise, le sélectionneur n'envisage pas pour l'instant une charnière Djourou - Fabian Schär. A noter que Valon Behrami et Admir Mehmedi, touchés la veille, se sont contentés d'un footing et de massages. Leur participation au match lundi n'était cependant pas remise en question.

(si)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.