Dans l'enfer lisboète, «le salut passera par le jeu»

Suisse - PortugalDans un stade de la Luz comble et face à l'un des deux meilleurs joueurs au monde, la Suisse va passer mardi le test ultime.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Nous y voilà enfin! A la fois aussi espérée que redoutée, la «finale» du groupe B du tour préliminaire de la Coupe du monde 2018 aura bien lieu ce mardi à Lisbonne.

Dans un tour préliminaire pauvre en affiches - à l'exception bien sûr du duel entre l'Espagne et l'Italie dans le groupe G -, l'affrontement entre les Portugais Champions d'Europe en titre, condamnés à gagner pour se qualifier directement pour la Russie, et cette équipe de Suisse qui ne perd plus depuis quinze matches promet énormément.

«Comment vont-ils faire face?»

C'est tout simplement l'heure de vérité qui sonnera pour l'équipe de Vladimir Petkovic. Dans un stade de la Luz comble et face à l'un des deux meilleurs joueurs au monde, la Suisse passera en quelque sorte le test ultime. «Il y aura une part d'inconnu dans cette finalissima, remarque Stéphane Henchoz. Les Suisses vont être plongés d'un seul coup dans un stade en ébullition face à un adversaire d'un tout autre calibre. Comment vont-ils faire face?»

L'ancien défenseur de Liverpool apporte un premier élément de réponse. «Le salut passera par le jeu. La Suisse ne possède pas des joueurs qui peuvent défendre en campant dans leur surface pendant une heure et demie, dit-il. Et dans le jeu, il est presque acquis que des espaces vont se libérer face une équipe condamnée à gagner.»

Zuber ou Mehmedi?

Avant le match de samedi, Vladimir Petkovic avait une idée claire sur le choix des hommes pour mardi soir. Il entendait aligner son équipe type avec Remo Freuler à la place de Valon Behrami. Seulement, avec son doublé et son assist contre la Hongrie, Steven Zuber a peut-être modifié la donne.

Le Zurichois de Hoffenheim ne mérite-t-il pas de jouer à la place d'Admir Mehmedi, préservé samedi en raison de la menace d'un second carton jaune? Le quotidien le plus influent du pays (Blick) a ouvert tout de suite le débat. Il apparaît légitime, même si l'on voit mal Vladimir Petkovic laisser sur le banc un Admir Mehmedi qui avait inscrit un but fantastique lors du 2-0 du match aller contre le Champion d'Europe.

(ats/jsa/nxp)

Créé: 08.10.2017, 18h13

Articles en relation

Petkovic: «A Lisbonne pour imposer notre jeu»

Football L'entraîneur de la Nati est «comblé» par la victoire de samedi face à la Hongrie, avant d'affronter le Portugal mardi, en qualifications pour le Mondial. Plus...

Le sélectionneur de la Hongrie parle du Portugal-Suisse de mardi

Football La grande finale des éliminatoires va opposer à Lisbonne les deux équipes qui ont survolé le groupe B. Qui se qualifiera directement pour le Mondial? Plus...

«On fait du foot pour jouer de tels matches»

Portugal - Suisse Après le large succès contre la Hongrie, Granit Xhaka salivait à l'heure d'évoquer la finalissima au Portugal mardi. Plus...

La Suisse était qualifiée. Et puis Ronaldo a frappé

Foot - Mondial 2018 Victorieuse de la Hongrie 5-2, la Nati était en démonstration à Bâle. Mais la qualification directe se jouera au Portugal. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.