Passer au contenu principal

L'Euro-2016 a généré 1,22 milliard d'euros de retombées

En moyenne, les visiteurs ont dépensé 154 euros par journée et sont restés 7,9 jours, dépensant donc un total de 625,8 millions.

C'est le Portugal qui a remporté le trophée mais c'est la France, pays organisateur, qui a fait une bonne affaire économique.
C'est le Portugal qui a remporté le trophée mais c'est la France, pays organisateur, qui a fait une bonne affaire économique.
Keystone

L'Euro-2016 de football, organisé en France en juin et juillet 2016, a généré 1,22 milliard de retombées économiques, selon une étude qui devait être révélée mardi par le ministère des Sports et dont l'AFP a obtenu copie.

Ce bilan économique, issu de l'étude conjointement menée par l'organisme Keneo et le centre de droit et d'économie du sport de Limoges (centre de la France), laisse apparaître un impact financier de 625,8 millions d'euros pour le tourisme et de 596 millions pour le volet organisation soit 1221,8 millions.

En ce qui concerne les retombées touristiques, seules les dépenses des 613'000 spectateurs étrangers et des 34'000 «hospitalités» ont été prises en compte, excluant ainsi les spectateurs français.

Parmi les 613.000 touristes, 40'000 ont uniquement suivi les matches depuis les fan-zones.

En moyenne, les visiteurs «Euro» ont dépensé 154 euros par journée et sont restés 7,9 jours en France, dépensant donc un total de 625,8 millions d'euros.

Sur cette somme, 35% ont été consacrés au logement, 30% à la restauration, 15% aux transports et 20% aux emplettes et visites.

Les retombées en matière d'organisation sont en majorité liées aux dépenses opérationnelles de l'UEFA, maître d'oeuvre de la compétition (360 millions). Viennent ensuite celles des 24 équipes participantes contributrices à hauteur de 34,9 millions aux retombées du tournoi.

Ce chiffre est peu ou prou celui dépensé par les personnes accréditées (34,8 millions) alors que les sponsors n'ont déboursé que 22,6 millions.

Au total, l'organisation de l'Euro-2016 a représenté un accroissement de l'activité équivalent à 116'750 mois travaillés.

Pour l'Etat, le championnat d'Europe a également eu des conséquences positives en terme fiscal, notamment grâce aux 70 ME de TVA encaissés.

Ces chiffres ont été obtenus après le traditionnel calcul de l'«effet d'éviction» qui prend en compte les dépenses touristiques non réalisées en raison de l'Euro.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.