Faux départ pour le FC Sion

FootballDevant 11'000 spectateurs, le club valaisan s’est lourdement incliné contre Bâle (1-4). A Tourbillon, Mitryushkin a encaissé un but gag qu’il s’est fabriqué lui-même.

Behrami et le FC Sion ont raté leur entrée.

Behrami et le FC Sion ont raté leur entrée.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans n’importe quelle compétition, l’importance d’un départ réussi n’échappe à personne. Parce qu’un premier match dégage non seulement une tendance mais permet également de mieux situer la valeur de l’équipe en question. Avec un premier rendez-vous qui peut soit renforcer la confiance de ceux qui le réussissent soit accentuer les craintes de ceux qui échouent. Dans le cas du FC Sion, très attendu, le résultat brut ne manquera pas d’inquiéter. Battu par un FC Bâle qui s’est comporté en Valais en terrain conquis, comme s’il évoluait chez lui, le club de Tourbillon n’a pas répondu présent.

A l’heure de passer son grand oral de la rentrée, Sion a été trahi en priorité par deux éléments sur lesquels son nouveau coach comptait pourtant s’appuyer : Behrami et Mitryushkin. Le premier a égaré un ballon qui allait permettre à Bâle de signer le 2-1 alors que le second s’est fabriqué un goal tout seul en négociant mal une passe en retrait. Comme une année plus tôt contre Lugano, Sion a ainsi complètement foiré son départ. Voici désormais 33 matches (24 défaites et 9 nuls) qu’il échoue en championnat contre le FCB. Pour lui, la séance de rattrapage aura lieu samedi prochain au stade de Genève contre Servette pour la renaissance du derby du Rhône.

Henchoz a fait ses choix

A Tourbillon, la première inconnue de la reprise est tombée 50 minutes avant le coup d’envoi avec l’annonce de la titularisation d’Anton Mitryushkin dans la cage valaisanne. Le revenant russe a été préféré à Kevin Fickentscher, relégué remplaçant après un long interim de 18 mois. De fait, Henchoz n’a fait que rétablir la hiérarchie qui existait avant la blessure de Mitryushkin en novembre 2017. Il a aussi titularisé Behrami, moins d’une semaine après la première apparition du «grognard» tessinois sous ses nouvelles couleurs lors de l’ultime test contre Everton à Bagnes (0-0).

Maître du jeu à défaut de se montrer dangereux dans un premier temps, Sion allait d’abord subir le froid réalisme bâlois. Lancé par Stocker, Ajeti se jouait de Zock pour s’en aller affronter Mitryushkin, qu’il ajustait d’une frappe croisée imparable (22e). On allait ensuite beaucoup voir le jeune Brésilien Patrick, impliqué dans tous les bons coups et obligeant Omlin à plusieurs parades. Zock se rattrapait de son erreur initiale en offrant à l’ancien espoir de Fluminense une égalisation plus que méritée. Les ultimes instants d’une première période enjouée voyaient la première intervention de la VAR sur une pelouse helvétique. Après avoir accordé de lui-même un penalty aux Valaisans suite à une charge d’Omlin sur Ndoye, balancé dans les airs, M. Schärer allait consulter les images du délit sur l’écran de contrôle (installé à côté du banc du FC Bâle…) et annulait sa première décision sous les sifflets du public. Plutôt séduisant dans son envie de bousculer le FCB, Sion est très officiellement devenu la première «victime» de l’apparition de l’assistance vidéo en Suisse.

Le raté de Mitryushkin

Dès la reprise, Kasami, «rattrapé» par Alderete, manquait de promptitude pour exploiter son arrivée solitaire. Quelques secondes plus tard, une glissade de Kouassi (sur laquelle le capitaine allait se blesser) permettait à Okafor d’affronter seul Mitryushkin, auteur d’un arrêt décisif. Un autre ballon valaisan égaré, perdu en l’occurrence par Behrami à mi-terrain, permettait à Bâle d’enclencher un contre ravageur amorcé par Ajeti et conclu par Zuffi au milieu de quatre Valaisans. Alors que Bâle se comportait en gestionnaire, on a vu poindre les limites actuelles d’un FC Sion encore beaucoup trop léger.

L’équipe valaisanne enterrait ses ultimes illusions à la suite d’un auto-goal gag. Sur une passe en retrait anodine de Bamert, Mitryushkin se trouait lorsque le ballon filait sous son pied droit. Une année après l’incroyable bourde de Maisonnial ayant valu au Français une gloire planétaire sur la Toile (il avait été lobé sur un dégagement), le nouveau No 1 de Tourbillon a bien mal justifié son rang.

Pour Sion, sévèrement humilié à domicile, cette défaite va forcément déjà laisser des traces. Hormis les trois points, rien n’est certes perdu mais sa catastrophique deuxième mi-temps commande une prise de conscience sur les progrès à réaliser. NJr

Sion – Bâle 1-4 (1-1)

Tourbillon, 11'000 spectateurs. Arbitre : M. Schärer.

Buts: 22e Ajeti 0-1, 35e Patrick 1-1, 52e Zuffi 1-2, 73e Bamert (autogoal) 1-3, 82e Stocker 1-4.

Sion: Mitryushkin ; Kouassi (50e Bamert), Ndoye, Ruiz (73e Grgic) ; Maceiras, Behrami, Zock, Lenjani ; Kasami ; Fortune (68e Itaintinga), Patrick. Entraîneur : S. Henchoz.

Bâle: Omlin ; Widmer, Alderete, Cömert, Petretta (44e Xhaka) ; Balanta, Frei ; Stocker, Zuffi (83e Van Wolfswinkel), Okafor (80e Bua) ; Ajeti. Entraîneur : M. Koller.

Notes: Sion sans Raphael, Khasa, Fayulu (blessés), Andersson, Facchinetti, Saintini, Nsakala, Angha, Morgado, Toma, Adao, Adryan, Baltazar, Oussou et Philippe (non convoqués). Bâle sans Kuzmanovic, Tushi (blessés), Vonmoos (malade). Avant le coup d’envoi, une minute de silence est observée en mémoire du papa de Stéphane Henchoz, décédé mercredi, et de la joueuse internationale d’YB Florijana Ismaili, disparue récemment à la suite d’un accident de baignade.

Avertissements: 55e Stocker, 60e Cömert, 68e Zock, 71e Okafor.

Créé: 19.07.2019, 22h02

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.