Favre: «L’équipe de Suisse n’est pas un thème pour moi»

FootballÀ l’heure où il faut bien se poser déjà toutes les bonnes questions, le technicien de Dortmund donne sa réponse.

D'aucuns rêveraient de voir Lucien Favre en sélectionneur. Pas lui.

D'aucuns rêveraient de voir Lucien Favre en sélectionneur. Pas lui. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Avec cet Euro 2020 qui l’attend, la Suisse peut se projeter, continuer de grandir. Vladimir Petkovic est cet entraîneur qui a donc mené pour la troisième fois son groupe en phase finale d’un grand tournoi (la quatrième si l’on compte le Final Four de la Ligue des Nations). Sauf coup d’éclat, il devrait être celui qui dirigera la sélection helvétique l’été prochain. Le président de l’Association suisse de football (ASF), Dominique Blanc, a été clair sur le thème: «À l’heure actuelle, Vladimir Petkovic est notre sélectionneur, sous contrat au minimum jusqu’à la fin de l’Euro», a-t-il précisé.

Comme tout va vite, comme il faut toujours tout anticiper, toutes les options doivent déjà être envisagées. Si Petkovic veut continuer après l’Euro et que les dirigeants de l’ASF veulent poursuivre le travail entrepris avec lui depuis 2014, alors pas de problème: un terrain d’entente sera trouvé pour une prolongation de contrat. Mais dans le cas contraire? Autrement dit, si l’ASF ne veut plus de lui ou si Petkovic souhaite arrêter après l’Euro, peu importent les raisons au fond, vers qui se tourner?

«Cela ne m’a jamais intéressé»

À l’époque déjà, pour succéder à Ottmar Hitzfeld en 2014, un nom avait enflé, parce qu’il est légitime de penser à lui pour ses grandes qualités techniques: Lucien Favre. L’actuel entraîneur du Borussia Dortmund est toutefois clair. Hier comme aujourd’hui, il répond sans hésiter. «L’équipe de Suisse n’a jamais été un sujet pour moi, tranche-t-il net. Cela ne m’a jamais intéressé. J’aime le travail au quotidien, avec une équipe. Être sélectionneur d’un pays, c’est une autre facette du métier, qui ne peut pas me convenir.»

Débat clos. Favre ne reprendra pas la Suisse, quoi qu’il arrive, ni aujourd’hui ni demain. Pas parce qu’il se sent appelé à des destinées supérieures, mais tout simplement parce que fonctionner en mode sélectionneur n’est pas vraiment fait pour lui. Lucien Favre est un entraîneur au quotidien, qui travaille avec une minutie que les quelques semaines seulement passées à diriger une sélection interdisent. Sa réponse a au moins le mérite de la franchise et de la clarté. Le cas échéant, l’ASF n’a même pas besoin de lui passer un coup de fil. Et certains qui avancent déjà son nom sont mal inspirés.

L'Association suisse de football pourrait se tourner vers Marcel Koller, peut-être, l’entraîneur de Bâle. Lui aussi était à l’époque sur sa «short list». Alors que l’on s’attendait à le voir s’engager avec la Suisse, il avait pourtant surpris tout le monde en octobre 2013 – les dirigeants suisses en premier –, en déclinant la proposition pour prolonger alors son bail avec l’Autriche.

Qui pour l'après Euro 2020?

Au fait: l’ASF a-t-elle prévu de prendre le pouls des internationaux suisses pour se forger une idée quant au bien-fondé de garder ou pas Petkovic? On connaît l’opinion de Xhaka, qui ne voit pas de meilleur sélectionneur que l’actuel. Yann Sommer a aussi son avis, qu’il a livré lundi. «Si l'ASF me demande, bien sûr que je parlerai avec elle, a lancé le gardien. Mais c'est surtout à l’ASF de se positionner. Nous, on est contents avec Vladimir Petkovic comme entraîneur. Il fait du bon boulot et c'est la troisième fois qu'il nous emmène dans un tour final de grand tournoi. Ça, c'est très positif.»

Et Petkovic lui-même: que dit-il? Nous lui avons demandé, après la victoire contre Gibraltar, s’il voulait être – après l’Euro 2020 – celui qui conduirait la Suisse lors des éliminatoires pour le Mondial 2022. «Pour le moment, je veux d’abord penser à l’Euro qui nous attend, a-t-il répondu. Pour le reste, il y a du temps. Je veux me laisser surprendre.» Énigmatique…

Affaire à suivre. Il se murmure que Naples pourrait s’intéresser à Petkovic. Il faut que les discussions commencent entre l’ASF et le sélectionneur. Le plus tôt possible.

Créé: 19.11.2019, 11h05

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.