Le FC Sion s'incline 2-0 à Kazan

Europa LeagueRéduits à 10 pendant près d'une heure de jeu, les Sédunois ne sont pas parvenus à tenir le match nul en Russie. Ils ont finalement concédé deux buts en fin de rencontre.

Le Russe Vitali Ustinov (à gauche) à la lutte avec le joueur de Sion Ebenezer Assifuah.

Le Russe Vitali Ustinov (à gauche) à la lutte avec le joueur de Sion Ebenezer Assifuah. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Si près, si loin. Le FC Sion a subi une défaite peut-être très lourde de conséquences à Kazan (2-0), lors de la 5e journée de l'Europa League. Même s'ils restent leaders du groupe avant la rencontre Liverpool - Bordeaux (21h05), les Valaisans peuvent tout perdre le 10 décembre contre les Reds, en conclusion de cette phase de groupes.

Ce revers et ce score sont ce qui pouvait arriver de pire à la formation de Didier Tholot. Car, désormais, elle est battue par le Rubin Kazan, qu'elle devance de trois points, à la confrontation directe. Des Russes qui se rendront lors de la dernière journée chez un Borderaux peut-être démobilisé selon le résultat qu'il obtiendra ce jeudi soir à Anfield Road.

Le FC Sion avait rendez-vous avec la souffrance dans la splendide mais très peu garnie Kazan-Arena (15 116 spectateurs). Souffrance née des conditions de jeu, d'abord, sous la neige et dans le vent, avec une température ressentie mesurée à dix degrés en dessous de zéro. Souffrance aussi à cause d'un adversaire autrement plus en jambes que mi-septembre à Tourbillon (2-1). Plus en jambes, mais pas sensationnel non plus. Souffrance supplémentaire, finalement, à partir de la 34e minute, quand Birama Ndoye s'est fait exclure pour deux avertissements ayant justement sanctionné deux interventions sans doute plus irréfléchies et maladroites que malintentionnées.

Sion a donc été copieusement dominé par Kazan. Comment aurait-il pu en être autrement? Les Valaisans ont perdu presque tous les duels, ont été en retard sur la majorité des ballons, se sont montrés incapables de conserver le cuir (que d'erreurs techniques!) et n'ont pas su saisir leur chance le peu de fois qu'elle s'est présentée. On pense surtout à une rupture menée par Moussa Konaté et Birama Ndoye, dont le centre au sol avait trouvé Ebenezer Assifuah en parfaite position pour ouvrir le score. Si le Ghanéen n'avait pas raté la balle (comme tout le reste durant le match)...

Sans inspirer la sérénité avec force et abnégation, la charnière Lacroix - Ziegler a fait ce qu'elle a pu pour colmater les brèches, pas franchement protégée par son milieu de terrain et abandonnée par ses latéraux Elsad Zverotic à droite et Vincent Rüfli à gauche. Jusqu'au moment où elle n'en a plus pu, à la 72e, sur une frappe de Blagoy Georgiev déviée par le pied de Ziegler. Andris Vanins, qui avait fait le job jusque-là - et même un petit miracle sur une tête de Dyadyun à la 51e -, qui avait été sauvé par sa transversale (58e), a dû s'avouer vaincu. Ainsi qu'à la 90e, devant Marko Devic. (si/nxp)

Créé: 26.11.2015, 18h57

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.