Passer au contenu principal

Gianni Infantino«Le FIFA bashing est devenu un sport national»

Le 67e congrès de la FIFA s'est ouvert à Bahreïn. Il doit valider le non-renouvellement des mandats de Blatter et Platini.

«Nous reconstruisons la réputation de la FIFA après tout ce qui est arrivé», a expliqué Gianni Infantino.
«Nous reconstruisons la réputation de la FIFA après tout ce qui est arrivé», a expliqué Gianni Infantino.
Keystone

La «nouvelle FIFA» est une «démocratie, pas une dictature», a assuré jeudi son président Gianni Infantino en ouverture du 67e congrès de l'instance à Bahreïn. Le non-renouvellement des chefs de la commission d'éthique a pourtant suscité de nombreuses critiques.

«Nous reconstruisons la réputation de la FIFA après tout ce qui est arrivé», a ajouté Gianni Infantino, faisant allusion au vaste scandale de corruption qui a secoué la FIFA depuis mai 2015 et entraîné le départ de son prédécesseur Sepp Blatter. «Plus jamais !», a-t-il lancé, ajoutant que «s'il y a quelqu'un dans cette salle qui veut en profiter pour s'enrichir, qu'il quitte le football maintenant».

Dénonçant «les fausses informations devenues en vogue» et «le FIFA bashing qui est devenu un sport national», Gianni Infantino a assuré une fois de plus que la FIFA «a changé. Nous sommes des gens nouveaux qui agissons par les actes et non par les mots». Il avait en outre déclaré auparavant, en allemand, que «la FIFA n'est pas une association suisse alémanique.»

Experts critiqués

Le Valaisan a sévèrement critiqué «les experts qui par le passé ont été grassement payés pour réformer la FIFA. Mais qu'ont-ils fait? Ils ont simplement validé un système qui ne marchait pas. Je n'accepterai pas de leçons de bonne gouvernance de gens qui ont échoué à protéger le football et la FIFA», a-t-il asséné.

Le gouvernement de la FIFA, réuni mardi pour préparer ce congrès, a décidé de ne pas renouveler les mandats des deux présidents de la Commission d'éthique, à l'origine de la suspension de Sepp Blatter et Michel Platini. Le congrès doit formellement valider cette décision. Cette même commission avait ouvert en 2016 une enquête préliminaire à l'encontre Gianni Infantino, procédure qui avait ensuite été classée.

L'un des chefs de cette commission, le Suisse Cornel Borbély, a estimé mercredi que leur éviction était «un revers dans la lutte contre la corruption» et signifiait «de facto la fin des efforts de réforme de la FIFA».

(si)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.