Passer au contenu principal

La FIFA dit avoir tenté de contacter Rodchenkov

Accusée de ne pas avoir pris contact avec le lanceur d'alerte russe, la faîtière du football mondial affirme le contraire.

Le Comité international olympique continue le combat. Il va faire appel devant le Tribunal fédéral à Lausanne de décisions du Tribunal arbitral du sport ayant partiellement blanchi des athlètes russes impliqués dans le scandale de dopage des JO de Sotchi 2014. (Jeudi 3 mai 2018)
Le Comité international olympique continue le combat. Il va faire appel devant le Tribunal fédéral à Lausanne de décisions du Tribunal arbitral du sport ayant partiellement blanchi des athlètes russes impliqués dans le scandale de dopage des JO de Sotchi 2014. (Jeudi 3 mai 2018)
Keystone
Médaillé d'argent aux Mondiaux de Paris, le lutteur russe Alexander Chekhirkin a été contrôlé positif à un glucocorticoïde. (Mercredi 28 février 2018)
Médaillé d'argent aux Mondiaux de Paris, le lutteur russe Alexander Chekhirkin a été contrôlé positif à un glucocorticoïde. (Mercredi 28 février 2018)
AFP
Interpol va coordonner une enquête mondiale pilotée par la France. (Lundi 09 novembre 2015)
Interpol va coordonner une enquête mondiale pilotée par la France. (Lundi 09 novembre 2015)
Wallace Woon, Keystone
1 / 94

La FIFA a tenté de contacter le lanceur d'alerte Grigory Rodchenkov sur ses accusations de dopage dans le football russe, assure-t-elle. Elle s'apprête à le refaire une fois que des échantillons auront été réexaminés par l'Agence mondiale antidopage (AMA).

Dans une interview accordée à Associated Press, l'avocat de Grigory Rodchenkov reproche à la FIFA de ne pas avoir pris contact avec son client malgré des «informations sur des footballeurs russes protégés par le système de dopage d'Etat» dans le pays.

«Pas une seule fois l'Agence mondiale antidopage et le professeur McLaren (le juriste chargé d'un rapport sur le sujet) ne m'ont indiqué que la FIFA voulait me contacter ou demander les informations de M. Rodchenkov», affirme le juriste Jim Walden.

Contactée par l'afp, la FIFA affirme avoir sollicité l'Agence mondiale antidopage pour joindre Rodchenkov jusqu'au 22 novembre 2017, et avoir obtenu pour réponse qu'il n'était pas disponible.

Depuis, l'instance du football mondial attend le réexamen d'échantillons que doit mener l'AMA à partir de mi-janvier. «Le processus est en cours et la FIFA contactera le Dr. Rodchenkov par le canal convenu en temps voulu», assure-t-elle.

A l'origine des révélations

Chef du laboratoire antidopage de Moscou pendant dix ans, jusqu'en 2015, Grigory Rodchenkov est à l'origine des révélations sur un système de dopage institutionnel dans le sport russe. Ce scandale avait conduit à l'exclusion des athlètes russes des JO de Rio à l'été 2016 et à l'exclusion de la Russie des JO d'hiver 2018 (9-25 février) en Corée du Sud, les «sportifs propres» pouvant tout de même y prendre part sous drapeau olympique.

Au sujet du football, à l'approche de la Coupe du monde en Russie, la FIFA a expliqué que tous les tests conduits jusqu'ici s'étaient révélés négatifs.

«S'il y avait un problème sérieux de dopage dans le football, on le saurait, que ce soit en Russie ou dans n'importe quel autre pays du monde», a lancé le président de la FIFA Gianni Infantino le 1er décembre.

(ATS)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.