Fin de série pour Mo Farah

AthlétismeLe sextuple champion du monde britannique a été battu en finale du 5000 m des Mondiaux par l'Ethiopien Muktar Edris.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Mo Farah est tombé. Six ans après sa dernière défaite au plan planétaire, le sextuple champion du monde et quadruple champion olympique (5000 et 10'000 m) a été battu en finale du 5000 m des Mondiaux.

L'Ethiopien Muktar Edris a déboulonné l'icône en s'imposant en 13'32''79, à Londres. Farah, pour sa dernière course sur piste en Championnat, repart avec la médaille d'argent (13'33''22). Le Britannique n'a ainsi pas réussi la sortie légendaire qu'il ambitionnait, lui qui va désormais se tourner vers le marathon, à 34 ans. Comme Usain Bolt une semaine plus tôt, celui que maints spécialistes taxaient d'imbattable a trouvé son maître en la personne du discret Ethiopien Edris, vainqueur à Athletissima il y a un mois.

A 23 ans, l'ancien champion du monde juniors décroche ses premiers grands lauriers sur piste. L'an dernier, il avait été disqualifié en finale des JO. Mais cette fois, il a battu Farah à son propre jeu: le finish d'un grand Championnat, un exercice dans lequel Farah n'avait plus perdu depuis la finale des Mondiaux 2011 à Daegu, en Corée du Sud, sur 10'000 m cette fois. C'était déjà un Ethiopien, Ibrahim Jeilan, qui lui avait alors fait mordre la poussière.

Invaincu depuis 2011

Depuis, Farah était resté invaincu dans tous les rendez-vous majeurs et avait résisté à toutes les tactiques, et même à une chute l'an dernier aux Jeux. Mais la course d'équipe et la hargne des Ethiopiens ont eu raison de lui. Edris a émergé dans une course où il pouvait compter sur la présence de ses compatriotes Yomif Kejelcha (4e) et Selemon Barega (5e). Sa dernière ligne droite fut ahurissante, en conclusion d'une finale courue pendant 3000 m sur un rythme de Championnat de Suisse, à peine.

Derrière Farah, l'Américain d'origine kényane Paul Chelimo a pris le bronze. Ceux qui ont eu la peau de Mo Farah ont eu le mauvais goût d'assortir leur triomphe de mimiques inutiles. A l'arrivée, Edris s'est moqué de Farah en imitant son geste (les deux mains sur le crâne), suivi d'une grimace sarcastique. Et au départ, dans un registre très guerrier, Chelimo s'était lancé dans une même imitation, assortie d'un geste sans équivoque indiquant qu'il voulait trancher la gorge du Britannique. Farah lui-même, très attristé, est resté digne dans la défaite. (ats/nxp)

Créé: 12.08.2017, 23h24

Articles en relation

Les relayeuses suisses se rapprochent encore

Athlétisme En finale des Mondiaux, les relayeuses helvétiques du 4 x 100 m ont pris une belle 5e place, à seulement 33 centièmes du podium. Plus...

A Londres, Bolt se qualifie pour la «der des der»

Athlétisme Une fois n'est pas coutume, Usain Bolt s'est aligné dès les demi-finales du relais 4 x 100 m des Mondiaux, à Londres, emmenant la Jamaïque vers une qualification aisée. Plus...

Guliyev prive Van Niekerk de doublé

Londres Ramil Guliyev a créé la sensation en s'adjugeant le titre du 200 m aux Mondiaux de Londres devant le favori Wayde Van Niekerk. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...