À Genève, «Stanimal» réussit toujours son entrée

TennisStan Wawrinka lance son cinquième Geneva Open ce mercredi contre Dzumhur (18h). Retour sur quatre entrées en matière riches en émotions.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Capable des plus beaux coups d’éclat et de quelques absences au fil de ses saisons, Stan Wawrinka est un joueur stable lorsqu’il évolue «à la maison». C’est simple, soit le Vaudois s’arrête en quarts de finale (2015, 2018) soit il y soulève le trophée (2016, 2017). Le public du Banque Eric Sturdza Geneva Open peut donc rejoindre le parc des Eaux-Vives le cœur léger: historiquement, «Stanimal» ne perd pas lors de son entrée en lice à Genève. Retour sur quatre deuxièmes tours (son statut de tête de série l’a toujours exempté du premier) qui n’ont pourtant pas tous été des longs fleuves tranquilles.


2015 – Dompter Rosol et ses provocations

Terrain lourd, froid de canard, la «grande première» de Stan Wawrinka sur le central du parc des Eaux-Vives en tant que frais vainqueur de la Coupe Davis n’est pas vraiment servie par les éléments. Un piège? Pas autant que le tennis kamikaze et le goût du conflit de Lukas Rosol. Le Tchèque est un drôle d’oiseau qui n’est jamais aussi dangereux que lorsqu’il navigue en terrain hostile. Il crache, s’encourage entre les services du Vaudois, envoie des balles dans le mauvais timing, toute la panoplie de roublard y passe. Face à un joueur qui a trop envie de bien faire, cette «cuisine» peut vite virer à l’indigestion. Heureusement, «Stanimal» reste calme et s’en sort en trois sets (6-4, 3-6, 6-3). «Tout ce que j’ai vécu l’année dernière m’aide à mieux gérer la pression», se félicite-t-il en sortant du court. Deux jours plus tard, la pluie et la patte gauche de Delbonis mettent fin à sa première aventure genevoise. Une défaite qui deviendra anecdotique dix-huit jours plus tard sur le central de Roland-Garros.


2016 – La démonstration contre Ramos-Vinolas

De ce match, il ne reste que deux bruits et une impression de plénitude. Durant cinquante-trois minutes d’une démonstration rare (6-1, 6-1), les spectateurs du parc des Eaux-Vives sont bercés par le chant des oiseaux et le bruit sourd des frappes de «Stanimal». C’est dire si la foule est admirative et si leur champion déroule une partition parfaite. «C’est vrai que l’ambiance était sereine, reconnaît le champion de Roland-Garros après coup. Mais le scénario du match a certainement joué sur l’ambiance. Et puis il y a le cadre. Ici, c’est un endroit magique. On a parfois l’impression de taper un dimanche matin dans un club idéal.» Quatre jours plus tard en finale, Stan Wawrinka s’offre enfin son premier titre sur sol suisse au bout d’une finale magnifique contre Marin Cilic. À Roland-Garros, il étirera sa belle forme jusqu’en demi-finale (Murray).


2017 – Une cheville qui tourne, la fête gâchée

Une année plus tard, la plénitude a laissé place à la détresse. Pas celle de Stan Wawrinka, parfaitement en jambes et qui s’en ira défendre son titre avec une belle autorité contre Mischa Zverev en finale. Non, le grand malheureux de cette édition se nomme Rogerio Dutra Silva. À 33 ans, il est dans la forme de sa vie, vient de s’installer dans le Top 100 et ses jambes de feu font de lui un terrien coriace. Sous un soleil radieux, le Brésilien est bien décidé à jouer sa chance à fond. Il a attendu la lumière toute sa carrière; alors affronter un triple champion du Grand Chelem chez lui, cela mérite bien une énorme débauche d’énergie. Malheureusement, à la sortie d’un passing bout de course, Dutra Silva se tord la cheville droite. Il tentera de reprendre, l’espace de deux points sur une jambe (5-2, ab.). Parfois le tennis est cruel.


2018 – La victoire du renouveau

Avec la pluie, le froid et les doutes qui entourent le retour à la compétition de Stan Wawrinka (trois défaites depuis février), ce premier tour contre Jared Donaldson appartient aux courageux et aux fidèles (6-3, 6-4). C’est en effet sous les lumières artificielles qu’ils retrouvent enfin un «Stanimal» conquérant, neuf mois après sa greffe de cartilage au genou. «C’est un immense soulagement après ces mois de galère», sourit le Vaudois au bout d'une performance qui valide tous ses efforts. «La différence est énorme par rapport à l’Australie. J’ai été capable de partir d’une position de défense et de repasser à l’attaque; ce qui est la base de mon jeu. Il y a même eu deux ou trois moments ce soir où j’ai aussi réussi à atteindre un beau niveau de relâchement. C’est très encourageant.» Une belle impression que la défaite contre Fucsovics au tour suivant ne parviendra pas à effacer. (nxp)

Créé: 22.05.2019, 15h16

Articles en relation

C'est déjà fini pour Stan Wawrinka à Rome

Tennis Le Vaudois s'est incliné en trois sets au 1er tour du Masters 1000 italien face au Belge David Goffin. Plus...

Wawrinka manque son grand rendez-vous avec Nadal

Tennis Trop hésitant, Stan Wawrinka a subi la loi d’un Rafael Nadal qui n'a pas eu besoin de forcer (1-6 2-6). Il n’y a plus de Suisse à Madrid. Plus...

«J’avais envie, Roger aussi, mais…»

Tennis Après sa belle victoire face à Guido Pella (6-3, 6-4), Stan Wawrinka a expliqué pourquoi il ne jouerait pas la Laver Cup à Genève. Plus...

Stan Wawrinka: «J’ai des gros résultats en moi»

Tennis Après avoir laissé parler son tennis contre Herbert (6-2 6-3), Stan Wawrinka n’était pas très bavard. Mais il ne cache pas ses ambitions. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.