FIFA: les grands travaux de Gianni Infantino

FootballCoupe du Monde à 48 nations ou Mondial des clubs, les grandes manœuvres du président de la FIFA ont pour but de le faire réélire. Mais elles ne font pas l'unanimité.

Le président de la FIFA doit faire face à plusieurs polémiques telles que l'extension du Mondial à 48 nations qu'il aimerait concrétiser dès 2022 au Qatar. (photo d'archive)

Le président de la FIFA doit faire face à plusieurs polémiques telles que l'extension du Mondial à 48 nations qu'il aimerait concrétiser dès 2022 au Qatar. (photo d'archive) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Coupe du monde des clubs à 24, Ligue mondiale des Nations: à un an des élections où il briguera un nouveau mandat, Gianni Infantino, président de la FIFA, a ouvert de nombreux chantiers qui représentent autant de défis pour son avenir et celui de l'instance.

L'Italo-Suisse s'est installé en février 2016 à la tête de la FIFA, alors en pleine tourmente. Sepp Blatter, en poste depuis 1998, avait été contraint à la démission à la suite d'un vaste scandale de corruption puis suspendu.

La confiance des fédérations

Depuis, l'ancien bras droit de Michel Platini à l'UEFA a entamé des réformes, avec en ligne de mire le congrès électif de juin 2019 à Paris où il compte bien conserver la confiance des 211 fédérations membres de la FIFA.

«Infantino a clairement un agenda politique», analyse un bon connaisseur du dossier. «Il a ouvert deux chantiers, celui des compétitions et celui de la réglementation, en voulant s'attaquer aux transferts».

Première réforme phare: une Coupe du monde à 48 équipes dès 2026, contre 32 aujourd'hui. Mais Infantino veut aller plus vite, pourquoi pas dès le Mondial-2022 au Qatar. «C'est le président de la Conmebol, Alejandro Dominguez qui a formulé cette proposition, mais on peut penser qu'elle émane directement de la FIFA», explique un ancien cadre de l'instance.

La proposition qui met dans l'embarras le Qatar, isolé politiquement, contraindrait en effet à organiser des rencontres dans les Etats voisins.

Mais in fine, ce Mondial à 48 équipes qui offre plus de qualifiés à chaque confédération, «répond de toute évidence à son agenda politique», selon la même source.

Un Mondial new look

Autre proposition phare: dépoussiérer la Coupe du monde des clubs qui serait organisée tous les 4 ans, dès 2021, avec 24 clubs. La compétition actuelle, organisé chaque année, regroupe 7 clubs.

Dans le même temps, Infantino et la Fifa ont récupéré un concept lancé par l'UEFA et les confédérations: une Ligue mondiale des nations, qui regrouperait les vainqueurs de chaque Ligue des nations continentales.

Ces propositions ont été présentées lors du dernier Conseil en mars à Bogota, M. Infantino avançant alors un argument massue: un groupe d'investisseurs garantirait jusqu'à 25 milliards de francs de revenus pour ces deux compétitions.

Le nom des investisseurs est confidentiel mais selon une source proche du dossier, le consortium mené par une banque japonaise, réunit des investisseurs chinois, japonais et saoudiens.

Pour convaincre les clubs, «Infantino discute en direct avec eux», explique cette même source. Ainsi a-t-il rencontré récemment à Zurich une dizaine des plus grands clubs européens, dont le Real Madrid et le Bayern Munich. Devant les sommes promises (entre 50 et 80 millions de francs par club et par édition, selon une estimation), les clubs ont répondu: «Pourquoi pas ?», selon la même source.

Enrichir les plus riches

Au sein des instances, «il y a débat entre ceux qui pensent que ce Mondial des clubs à 24 est une connerie et ceux qui y voient une idée de génie», ajoute cette même source. «Aux promesses sonnantes et trébuchantes, on oppose ainsi un calendrier déjà surchargé et un système qui continuera d'enrichir les plus riches».

En revanche, Infantino a plus de mal à faire passer son projet de Ligue mondiale des nations, face notamment à l'UEFA qui s'estime dépossédée de son bébé. Pour évoquer ces deux sujets, une réunion des secrétaires généraux des six confédérations s'est tenue lundi à Zurich, «dans un environnement et un climat cordial», a tenu à assurer la FIFA. Une réunion extraordinaire du Conseil devrait également se tenir avant la fin mai.

Offre de courte durée

Si Infantino est si pressé de recevoir l'aval de son gouvernement sur ces deux projets, «c'est parce que l'offre de 25 milliards n'est valable que 60 jours et que la FIFA a besoin d'argent», explique ce connaisseur qui souligne que «les réserves de la FIFA ont fondu au total de presque 600 millions de francs en 3 ans».

Le patron du foot mondial veut aussi arriver conforté au congrès de Moscou qui désignera le 13 juin prochain l'organisateur du Mondial-2026. Mais les tweets récents de Donald Trump appelant à voter en faveur du trio USA/Canada/Mexique contre l'autre candidat, le Maroc, appels assortis de menaces à peine voilées à ceux qui ne les suivraient pas, pourraient finalement «desservir la candidature américaine qu'Infantino a toujours privilégiée et entamer son pouvoir», conclut ce familier du dossier. (afp/nxp)

Créé: 01.05.2018, 13h47

Galerie photo

Gianni Infantino élu nouveau président de la FIFA

Gianni Infantino élu nouveau président de la FIFA Gianni Infantino est devenu le 26 janvier 2016 le nouveau président de l'instance du football mondial.

Articles en relation

Le patron de la Fédération brésilienne exclu à vie

Football La FIFA a exclu Marco Polo Del Nero en raison de faits de corruption. Il devra en outre payer une amende d'un million de francs. Plus...

Sepp Blatter au Mondial, voire au congrès de la FIFA

Football L'ex-patron de la FIFA assistera au match d'ouverture de la Coupe du Monde. Voire déjà au congrès de la FIFA, si Poutine l'invite, «car il est toujours président». Plus...

La Suisse au 6e rang du classement FIFA

Football Dans son histoire, la sélection helvétique ne s'était retrouvée que deux fois plus haut dans la hiérarchie. Plus...

La FIFA veut montrer le carton jaune aux coachs

Football L'instance mondiale du foot pourrait permettre à l'arbitre de sortir «la biscotte» en cas de mauvais comportement d'un entraîneur. Plus...

Platini traite les juges de la FIFA et du TAS de «clowns»

Football L'ancien président de l'UEFA a dénoncé dans une interview «les juges de pacotille» des instances sportive et judiciaire. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.