L'Italie attendait ça depuis 28 ans

FootballEn battant la Chine 2-0 mardi en huitièmes de final du mondial féminin, les Italiennes ont mis fin à une longue attente.

La joie des Italiennes après leur qualification.

La joie des Italiennes après leur qualification. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Italie s'invite parmi les huit meilleures équipes du monde en battant la Chine (2-0), un exploit pour ses joueuses en mission pour le football féminin, 20 après leur dernière qualification dans un Mondial et 28 ans après leur quart de finale perdu contre la Norvège (2-3 ap), en 1991, en Chine.

A l'italienne. Opportuniste et parfaitement dirigée tactiquement, la «Nazionale» a marqué aux bons moments, alors qu'elle a été dominée physiquement, par Valentina Giacinti (15e) et Aurora Galli (49e).

En quart de finale, les filles de la brillante Milena Bertolini croiseront les Pays-Bas, qui ont battu le Japon 2-1.

Si pour la Chine, quart-de-finaliste il y a quatre ans, il s'agit d'un échec, les «Azzurre» ont plus que rempli leur mission, elles qui racontent à chaque point presse qu'elles sont venues promouvoir le foot féminin au pays, en phase de professionnalisation.

Elles l'ont fait en gagnant sur leur points forts, en jouant intelligemment au football.

Défense chinoise fébrile

Les «Roses d'acier» elles ont péché sur leurs acquis, justement. La défense chinoise, qui n'avait encaissé qu'un but en poule, s'est montrée fébrile. Ses ballons perdus ont offert des occasions aux Italiennes, et sur l'une d'entre elles, Valentina Giacinti a ouvert le score.

L'attaquante italienne, très entreprenante, a été récompensée pour sa hargne. Elle est au départ de l'action, quand un contre lui profite, et à la réception du centre d'Elisa Bartoli.

Si Giacinti n'avait pas marqué, il y aurait de toutes façons eu penalty, la gardienne chinoise Peng Shimeng ayant fauché Bartoli.

Valentina Bergamaschi a ensuite eu une balle de break, mais Peng a réussi une superbe parade (33e).

Après une première demi-heure difficile, les Chinoises ont mis le pied sur le ballon et fait passer un sale quart d'heure aux Azzurre.

L'équipe du dragon a été pressante, comme Li Ying (45e+2), mais l'Italie a tenu.

Coachin gagnant

Pour résister, alors que les Italiennes semblaient moins fraîches physiquement, Milena Bertolini, la sélectionneuse, a changé ses plans et sorti Cristina Girelli, qui ne travaillait pas beaucoup défensivement, avant même la pause (39e) pour la remplacer par Aurora Galli.

Coaching gagnant, puisque la milieu de la Juventus a mis à profit une incursion italienne pour marquer le but du 2-0 d'une imparable frappe de loin.

Au pied du mur, la Chine a poussé, intelligemment, en variant ses attaques, mais l'Italie a défendu encore plus intelligemment, toujours debout.

Li Ying (63e), la plus remuante, Wang Shuang (65e) ou Han Peng (77e) ont essayé, mais en vain. Sur cette dernière action, la défenseure centrale Elena Linari a elle-même rattrapé sa seule erreur de l'après-midi.

La mission italienne continue.

Créé: 25.06.2019, 20h11

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.