Passer au contenu principal

«J'ai directement vu que c'était très grave»

Michael Goolaerts est décédé suite à un arrêt cardiaque lors de Paris-Roubaix. Son directeur sportif témoigne.

La mort du coureur belge Michael Goolaerts, décédé dimanche soir quelques heures après l'arrivée de Paris-Roubaix, barrait lundi matin la «Une» des sites des médias flamands, témoins de l'émotion qui s'est emparée du pays.

Dimanche après-midi, le jeune Belge de 23 ans, victime d'un arrêt cardiaque, avait été retrouvé inanimé sur le deuxième des vingt-neuf secteurs pavés de la «reine des classiques» (257 km). Les circonstances exactes de sa chute n'ont pas été précisées.

Selon des images visibles sur Youtube (voir plus haut), Goolaerts, qui se trouvait au sein d'un groupe de coureurs, n'a pas amorcé un virage sur la droite, dans un secteur pavé, avant de heurter un talus. Secouru pour un arrêt cardiaque, il a été héliporté à Lille, où il est décédé dans la soirée.

La chaîne publique VRT souligne que «le monde du cyclisme (est) en deuil» alors que Het Laatste Nieuws parle de «Drame sur le Paris-Roubaix», remporté par le champion du monde Peter Sagan. Une photo de Goolaerts avec maillot bleu de son équipe Willems Véranda et casque barre aussi la une des sites de Nieuwsblad et De Standaard.

«Perte terrible»

Michael Goolaerts «est mort dimanche soir à 22h40 à l'hôpital de Lille en présence des membres de sa famille et de ses proches, à qui nous pensons fort. Il est décédé d'un arrêt cardiaque. Toute assistance médicale était inutile», avait indiqué dans la nuit un communiqué de Vérandas Willems en précisant qu'il n'y aurait «pas d'autre communication pour donner le temps à ses proches de faire face à cette perte terrible».

Sur les images TV, le Belge est au sol, les bras en croix, sans autre concurrent à ses côtés. Le quotidien La Dernière Heure rapporte le témoignage du directeur sportif de l'équipe de Goolaerts, le Néerlandais Michiel Elijzen, recueilli par le journal néerlandais AD. «J'ai directement vu que c'était très grave», a raconté le responsable de la formation Vérandas Willems, qui s'était arrêté pour prêter assistance à son coureur. «Les médecins étaient déjà auprès de lui et ils ont effectué un très bon boulot».

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.