Lucien Favre a l’occasion de frapper un grand coup

FootballEn cas de victoire face au Bayern, la position du coach de Dortmund sera renforcée comme jamais depuis dix mois.

Lucien Favre et Dortmund restent sur trois victoires consécutives.

Lucien Favre et Dortmund restent sur trois victoires consécutives. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La pression, Lucien Favre commence à la connaître, en Allemagne. À 62 ans et après 119 rencontres dirigées en Bundesliga, l’entraîneur du Borussia Dortmund sait très bien que tout peut vite basculer, d’un côté comme de l’autre. Prenez la saison dernière: encensé à Noël (11 points d’avance en tête du championnat), remis en question durant une bonne partie du second tour, puis prolongé en juin (jusqu’en 2021), malgré la perte du titre au profit du rival bavarois.

Le Bayern Munich, «Lulu» le retrouve ce samedi en fin d’après-midi à l’Allianz Arena (18 h 30). Et en cas de victoire, il verra sa position sur le banc du BVB renforcée comme jamais depuis dix mois. Alors même qu’elle semblait à nouveau fragilisée il y a deux semaines à peine.

Une série de trois nuls en Bundesliga et une défaite sur la pelouse de l’Inter Milan en Ligue des champions. Il n’en fallait pas plus pour que les critiques pleuvent. Et que la personnalité prudente et réservée du Vaudois soit remise en avant dans la presse comme un état d’esprit incompatible avec les ambitions du club. D’autant que dans le même temps le patron du Borussia, Hans-Joakim Watzke, faisait la promotion de sa nouvelle biographie («Un amour véritable. Une vie avec le BVB»). Un livre dans lequel il déclare sa flamme à Jürgen Klopp tout en appelant la communauté jaune et noire à en finir avec sa «propension permanente à se sous-estimer» pour adopter une attitude plus conquérante à tous les niveaux.

Selon la Süddeutsche Zeitung, les dirigeants de Dortmund auraient du reste récemment sondé le marché des entraîneurs dans ce sens. Sans qu’une alternative suffisamment satisfaisante ne soit trouvée. Dans un article paru il y a trois semaines, le très sérieux quotidien allemand avait par ailleurs avancé que certains joueurs étaient perturbés par «la manie du contrôle» de Lucien Favre. «Pendant six mois, il serait un excellent technicien pour n’importe quelle équipe, et seulement pour celles qui désireraient passer de la huitième ou dixième place au troisième ou quatrième rang», écrivait le journal en citant une source interne au club arguant encore que «Lulu» «ne remporterait jamais le titre car son idée du jeu était trop nuancée de prudence et de frein à main».

Nouvelle attitude?

Au final, là où Niko Kovac a sauté au Bayern (le week-end dernier), le coach de Dortmund a résisté. Jusqu’à retourner la situation avec trois victoires consécutives. «Retour en force.» «Retour dans l’ordre.» «Voilà Lucien Favre assis fermement aux commandes du BVB.» Les médias allemands ont à nouveau le Vaudois à la bonne. «Le nouveau Favre est également responsable de ce redressement», publiait Bild mercredi, au lendemain du succès – cette fois – face à l’Inter. «Il crie, il gesticule, il applaudit et rigole. Il recherche la proximité avec ses joueurs. Favre, d’ordinaire si silencieux, est soudainement en feu.»

«Lulu» a-t-il vraiment changé de comportement? Toujours est-il que le directeur sportif du Borussia, Michael Zorc, a lui aussi loué son attitude du moment, jeudi en conférence de presse. «Il est très vif et combatif. J’aime la façon dont il le fait et exige des choses des joueurs», a-t-il déclaré, avant d’évoquer les éventuelles menaces qui ont récemment plané sur son entraîneur. «Nous sommes restés positifs et avons regardé vers l’avant. Il suffit d’une défaite pour que ce soit la fin du monde, à Dortmund. Oui, c’était une phase difficile. Mais ce n’était pas aussi grave que ce qui a été dit.» Preuve en est: la possibilité de frapper un grand coup, ce samedi à Munich, là où le BVB reste pourtant sur quatre secs revers (5-0, 6-0, 4-1, 5-1).

«On respecte le Bayern, mais on n’a pas peur du Bayern», a de son côté affirmé Lucien Favre, dans une punchline qui respirait davantage l’assurance que la prudence. Voilà qui devrait plaire à la communauté jaune et noire.

Créé: 08.11.2019, 18h55

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.