Passer au contenu principal

Marco Reymond, fils d'Erika Hess, a fait ses débuts en Coupe du monde

Le skieur vaudois de 24 ans s'est classé 57e de la première manche à Alta Badia dimanche.

Spécialiste du slalom et du géant, le skieur de Blonay (ici lors des championnats suisses 2017 à Davos) connaît un début de saison inespéré.
Spécialiste du slalom et du géant, le skieur de Blonay (ici lors des championnats suisses 2017 à Davos) connaît un début de saison inespéré.
Archive, Keystone

Dimanche, les meilleurs géantistes de la planète se sont affrontés sur la mythique piste de la Gran Risa à Alta Badia. A 24 ans, Marco Reymond a vécu son baptême du feu en Coupe du monde dans le Tyrol italien. Le Vaudois n’est autre que le troisième fils d’Erika Hess – sextuple championne du monde – et de Jacques Reymond – ancien chef des entraîneurs à Swiss-Ski.

Une première au goût amer Pour ses débuts, le Romand n’est pas parvenu à se qualifier pour la seconde manche sur un tracé exigeant (57e à 5’99’’), terminant tout de même devant le Valaisan Luca Aerni (61e). Joint à peine la ligne d’arrivée franchie, Marco Reymond peinait à cacher sa déception. «J’ai fait plusieurs fautes sur le haut, regrettait-il. Ça m’a ensuite calmé et je n’ai pas réussi à skier à fond sur le bas du parcours.»

Malgré une frustration légitime, le skieur de Blonay a découvert l’élite mondiale ce week-end. Lui qui disputait encore des courses FIS (3e division) dans les Grisons il y a tout juste un mois. «Forcément, ça change des courses que j’ai l’habitude de courir. Pour tout athlète de haut niveau, c’est un rêve. J’avais cet objectif depuis que j’ai commencé la compétition. J’aurais aimé accrocher le top 30 pour rester encore un peu en Coupe du monde. Désormais, je vais retourner à l’échelon inférieur pour engranger des points FIS.»

Une revanche sur le destin

Figurer à ce niveau est déjà une belle revanche sur le destin pour le technicien vaudois. Longtemps freiné par des problèmes d’hernie discale, il a été opéré à succès il y a trois ans. Une petite renaissance pour ce fan de Bode Miller. Malgré cela, Marco Reymond n’a pas été retenu dans un groupe d’entraînement de Swiss-Ski cet été à cause de sélections ratées. «J’ai été obligé de me débrouiller, se souvient-il. Je me suis entraîné de mon côté avec Patrice Morisod et mon père (ndlr: Jacques Reymond).» Un plan B qui, semble-t-il, a porté ses fruits puisqu’il a décroché un podium en Coupe d’Europe début décembre à Funesladen (Suède). Un résultat probant – le meilleur de sa carrière – qui lui a donc ouvert les portes de la Coupe du monde. «Tout ça, c’est un peu inespéré pour moi. En tout cas, je ne m’y attendais pas. J’ai pu réaliser tout le travail qu’il me restait encore à accomplir pour me rapprocher des meilleurs. Ils parviennent à tailler chaque courbe avec une constance impressionnante.»

Erika Hess, une mère en or

Marco Reymond est inévitablement rappelé à sa filiation. Logique quand sa maman a marqué l’histoire du ski suisse. Erika Hess affiche à son palmarès 76 podiums en Coupe du monde (dont 31 victoires), 2 grands globes de cristal (1982 et 1984), 6 sacres mondiaux (dont le fameux doublé à Crans-Montana en 1987) et une médaille olympique (à Lake Placid en 1980). Excusez du peu.

«Quand j’étais plus jeune, j’avais un peu de peine à gérer cela, reconnaît son troisième fils. Aujourd’hui, je me considère comme un athlète à part entière, comme n’importe quel autre skieur. Si je suis là, c’est grâce à mes performances, pas à mes parents.» Dimanche, il n’avait pas encore pu entendre l’analyse familiale après sa course. Obligations médiatiques obligent.

Le nouveau visage du ski suisse ne participera pas au géant parallèle, organisé en début de soirée lundi à Alta Badia. Son classement ne le lui permet pas. Cet apprenti dessinateur en bâtiment retombera ainsi dans le relatif anonymat de la Coupe d’Europe, pour revenir se frotter – le plus tôt possible – aux meilleurs géantistes de la planète.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.