Passer au contenu principal

Marek Suchy: «A Shaqiri de jouer»

L'international tchèque met la Suisse en garde à quelques jours du barrage pour le Mondial 2018 contre l'Irlande du Nord.

Marek Suchy.
Marek Suchy.
Keystone

Il mesure pleinement l'ampleur de la tâche qui attend la Suisse cette semaine. Marek Suchy n'a-t-il pas appris combien le jeu de l'Irlande du Nord peut vous rendre fou?

Capitaine du FC Bâle, Marek Suchy ne disputera pas la Coupe du monde 2018 en Russie à cause de ces satanés Irlandais contre lesquels les Tchèques n'ont cueilli qu'un point sur six lors du tour préliminaire. Le 4 septembre 2006 à Prague, les Tchèques n'ont pas trouvé l'ouverture face au verrou irlandais pour se contenter d'un 0-0. Une année plus tard, Suchy et les siens s'inclinaient 2-0 à Belfast pour perdre toutes leurs illusions dans un groupe dominé par l'Allemagne, Championne du monde en titre.

«Dangereux sur toutes les balles arrêtées»

La République tchèque a concédé les deux buts du match retour au Windsor Park inscrits par deux joueurs de West Bromwich Albion sur deux balles arrêtées: un tête de Jonny Evans sur un corner pour le 1-0 de la 28e et un coup franc direct de Chris Bunt pour le 2-0 de la 41e. «Deux buts typiquement irlandais ou britanniques si vous préférez, glisse Marek Suchy. Les Irlandais étaient dangereux sur pratiquement toutes les balles arrêtées et sur toutes les remises en touche. Et contre la Suisse, cela sera la même chose !»

A Belfast, Marek Suchy a été impressionné à la fois par «la ferveur du public, par le coeur des joueurs irlandais, par leur âpreté dans les duels et par leur organisation défensive sans faille.» «Les Irlandais évoluent dans un schéma en 5-4-1 avec deux latéraux qui ne prennent pas vraiment leur couloir, explique-t-il. Devant, le centre-avant joue dos au but avec comme mission de tenir le plus possible le ballon». A Prague, ce rôle fut dévolu à l'ex-Sédunois Kyle Lafferty. Au match retour, Suchy fut cette fois confronté à Conor Washington (Queen's Park Rangers). «Lafferty est très fort physiquement alors que Washington a beaucoup plus de vitesse dans son jeu», note le capitaine du FCB. Mais pour Marek Suchy, l'homme fort de cette équipe irlandaise est le capitaine Steve Davis (Southampton). «Il est le maître à jouer de l'équipe, précise-t-il. Il sait garder la balle et il est capable parfois de désarçonner l'adversaire par son dribble.»

«La classe individuelle fera la différence»

Malgré les forces qu'il a décelées dans cette sélection irlandaise, Marek Suchy mise sur la Suisse dans ce barrage. «Sur le plan collectif, l'Irlande du Nord est vraiment remarquable. L'équipe ne change pratiquement jamais, poursuit-il. Mais au final, c'est la classe individuelle qui fera la différence. Et dans ce domaine, la Suisse est mieux armée. A Xherdan Shaqiri de jouer ! Avec lui, elle possède dans ses rangs un joueur capable de passer sur les côtés, capable aussi de créer le jeu et capable enfin d'être un véritable effet de surprise pour l'adversaire.» Le défenseur tchèque cerne parfaitement la donne. L'issue de ce barrage dépendra essentiellement de la performance de Xherdan Shaqiri. Et après Lisbonne où il fut une ombre, le joueur de Stoke City ne nous doit-il pas une revanche ?

(si)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.