Mikaela Shiffrin est-elle déjà la meilleure de tous les temps?

Ski alpinL’Américaine, qui a privé Lara Gut d’un succès en super-G samedi, est repartie de Saint-Moritz avec deux nouvelles victoires.

Mikaela Shiffrin séduit les fans de Saint-Moritz. C’est aussi une star en dehors des pistes.

Mikaela Shiffrin séduit les fans de Saint-Moritz. C’est aussi une star en dehors des pistes. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À chaque fois qu’elle passe la banderole d’arrivée, ou presque, le rituel est le même, immuable. Elle lève les bras au ciel, sourit de toutes ses dents, lance un petit cri de joie et salue son public avant d’aller s’asseoir sur le fauteuil rouge réservé à la reine du jour. Ce trône en cuir, Mikaela Shiffrin en connaît tous les contours, elle l’a adopté depuis quelques saisons déjà. Peu importe l’épreuve, elle est la meilleure de toutes, comme ce dimanche lors de cette (nouvelle) compétition du slalom parallèle où elle s’est encore montrée la plus forte, laissant derrière elle Petra Vhlova et Wendy Holdener. «J’ai senti dans les yeux de Petra qu’elle voulait vraiment me battre, alors j’ai pris tous les risques pour gagner», s’est exclamée l’Américaine après sa nouvelle démonstration.

Samedi, Lara Gut, qui avait retrouvé des sensations dans sa spécialité, a fait jeu égal avec la reine du Cirque blanc avant de finalement lui céder «son» siège de leader en super-G. Alors qu’elle n’était encore jamais montée sur un podium dans cette discipline, le phénomène du Colorado a triomphé au bas de l’Engadinia, et cela pour la deuxième fois en six jours sur le terrain de jeu de la Tessinoise et de Tina Weirather, ses deux dauphines samedi.

Gros plan sur un phénomène

Après Petra Kronberger, Pernilla Wiberg, Janica Kostelic, Anja Paerson, Lindsey Vonn et Tina Maze, Mikaela Shiffrin est désormais la septième femme, au Panthéon du cirque blanc, à avoir triomphé avec maestria sur tous les tableaux. Mais où s’arrêtera-t-elle?

«C’est un phénomène, c’est clair. Elle soigne tous les détails et en plus elle a la chance d’être en bonne santé, remarque Stéphane Cattin, patron suisse des alpins. C’est une fille qui a la gagne dans le sang, qui a l’esprit de compétition et qui ne se pose aucune question.»

Après neuf épreuves disputées cet hiver, Mikaela Shiffrin compte déjà 393 points d’avance sur Michelle Gisin, sa dauphine. L’Obwaldienne a rendu une feuille blanche, ce dimanche, dans une épreuve du slalom parallèle qu’elle n’affectionne guère et qu’elle ne maîtrise pas du tout.

Présent ce week-end en Engadine pour sa première course féminine, Justin Murisier, qui soigne durant la semaine son genou dans une clinique en Allemagne, a pu apprécier la qualité du ski de l’Américaine. «Elle possède un niveau technique largement supérieur aux autres, estime le géantiste valaisan. C’est la grande différence. Elle aime également gagner et cette adrénaline la pousse à être chaque fois meilleure.»

Elle déjà tout gagné!

Double championne olympique et triple championne du monde de slalom et de géant, tenante du grand globe de cristal depuis deux saisons, la fille de Vail, qui a déjà tout gagné à 23 ans, doit se trouver de nouvelles motivations. Tout en continuant à ramasser encore plein de médailles et de globes, elle compte bien battre encore de nombreux records. Comme, par exemple, de faire mieux, en Coupe du monde, que les 82 victoires de Lindsey Vonn? Plus que 34 succès et son aînée pourra alors lui tirer sa révérence. Au rythme où elle collectionne les bouquets, cela ne saurait tarder. Même le total de 86 d’Ingemar Stenmark est en danger.

«Je préfère comparer les femmes avec les femmes, tempère Justin Murisier. Car sans être misogyne, on ne parle pas du même sport. Comme le tennis masculin et féminin, il y a un gouffre avec nous, surtout par la densité d’athlètes au top niveau. Même en commettant des erreurs, Shiffrin monte encore sur le podium ou gagne, ce qui est impensable chez les hommes. Peut-être bien qu’elle sera un jour la plus grande skieuse de tous les temps, même si, là aussi, c’est compliqué de comparer les époques.»

Après ce beau week-end dans les Grisons, Mikaela Shiffrin va faire l’impasse sur l’étape de Val Gardena (descente le 18 et super-G le 19 décembre). Pour la suite de la saison, l’Américaine va pouvoir désormais choisir ses courses. Sans blessure, elle visera trois ou quatre couronnes lors des Mondiaux de février à Åre. À moins que Lara Gut, Michelle Gisin et Wendy Holdener ne trouvent le moyen de l’éjecter de son trône. Et Stéphane Cattin de lancer, dans un sourire malicieux: «Vous savez, on a aussi plein de Shiffrin en Suisse, mais on ne les a pas encore découverts!» On ne demande qu’à les voir un jour sur le fauteuil rouge…

Créé: 09.12.2018, 18h45

Hirscher devance la tempête

Si Marcel Hirscher était humain, ses concurrents seraient en droit d’enrager. Mais comme l’Autrichien n’a rien à faire avec le commun des mortels, ils ne peuvent que se résigner. Lors du slalom géant de Val-d’Isère samedi, le roi Marcel a signé son 60e succès en Coupe du monde, en reléguant la concurrence au-delà de la seconde. «Ah bon, c’est déjà la 60e, confiait le Salzbourgeois, armé de toute sa fausse modestie, lorsqu’on l’interrogeait sur la réalité statistique de son succès. À vrai dire, je ne suis pas du genre à compter. Je m’occuperai des chiffres le jour où je prendrai ma retraite, avec un bon verre de vin, bien calé dans un fauteuil au coin du feu.» Et son éternel dauphin, Henrik Kristoffersen, de se marrer: «Je ne vais pas vous dire que je souhaiterais que ce jour arrive bientôt, mais c’est vrai que ça arrangerait bien mes affaires.» Grand favori pour le slalom dominical, le bougre était bien parti pour faire coup double. Mais c’était compter sans la tempête «Marilou», qui a prié tout le cirque blanc de dire «goodbye» à la Haute Tarentaise.

Pas de quoi ravir les techniciens suisses, qui avaient hâte d’en découdre. Seul motif de satisfaction dans le camp helvétique, la très solide 5e place de Loïc Meillard samedi. Et le 7e rang du quintuple champion du monde junior, Marco Odermatt (21 ans), qualifié pour les Mondiaux d’Åre dans la discipline.

Florian Müller au Val d’Isère

Articles en relation

Shiffrin songe à se comparer aux hommes

Ski alpin La grande dominatrice du slalom a dans un coin de sa tête l'épreuve masculine de Schladming. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.