Passer au contenu principal

Mourinho traîné en justice par l'ex-médecin de Chelsea

Le tribunal de Croydon examine la plainte d'Eva Carneiro qui accuse José Mourinho de «discrimination» sexiste pour l'avoir traitée de «fille de pute».

Eva Carneiro, ex-médecin de Chelsea, à son arrivée ce matin au tribunal londonien.
Eva Carneiro, ex-médecin de Chelsea, à son arrivée ce matin au tribunal londonien.
AFP

Eva Carneiro était présente lundi matin, en compagnie de son mari (notre photo AFP), mais José Mourinho était, lui, absent de cette première audience. Il devrait toutefois être amené à comparaître ultérieurement, l'avocate de la médecin ayant demandé à l'interroger.

Des audiences préliminaires s'étaient tenues en janvier et février, sans qu'un accord financier ne soit trouvé entre les deux camps. Selon l'agence PA, Mme Carneiro aurait refusé la somme de 1,2 million de livres (1,6 millions de francs).

En août, lors d'un match contre Swansea (2-2), l'entraîneur portugais avait reproché avec virulence à Eva Carneiro de s'être précipitée pour soigner l'attaquant Eden Hazard lors des dernières minutes de la rencontre, obligeant ainsi le joueur à sortir du terrain.

«Fils de pute» ou «fille de pute»?

Chelsea s'était alors retrouvé à neuf joueurs, provoquant l'ire de Mourinho, qui avait jugé la médecin «naïve» et incapable de «comprendre le jeu». Après avoir été déchargée de ses fonctions par le club, Mme Carneiro l'avait quitté en septembre.

Un débat sémantique a agité la salle sans âme du tribunal de Croydon : José Mourinho a-t-il proféré le juron «filho da puta» («fils de pute») en réaction à la faute commise sur l'attaquant de Chelsea Eden Hazard, comme le soutient l'avocat du club, ou a-t-il prononcé l'insulte «filha da puta» («fille de pute») à l'adresse d'Eva Carneiro après son entrée sur le terrain, comme l'a affirmé l'avocate de la médecin, Mary O'Rourke, qui juge l'expression sexiste?

Des experts en portugais, mandatés par les deux camps, n'ont pas réussi à tomber d'accord sur le contenu du juron prononcé par José Mourinho.

Sans connotation sexiste

Fils de pute est une expression que j'utilise souvent, tous les joueurs le savent. Il n'y aucune connotation sexiste dans l'utilisation de cette phrase», s'est défendu l'entraîneur portugais, dans un communiqué lu devant le tribunal, soulignant qu'«Eva n'était pas sur le terrain à ce moment-là».

L'avocate d'Eva Carneiro, qui a indiqué que sa cliente ne souhaitait pas réintégrer l'équipe médicale de Chelsea, a par ailleurs demandé aux juges que José Mourinho soit entendu durant une journée au cours des débats, qui pourraient s'étaler sur plus d'une semaine.

Nommé entraîneur de Manchester United fin mai, José Mourinho a lui aussi été évincé de Chelsea fin décembre, faisant les frais d'une première partie de saison très décevante pour le club londonien.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.