NBA: fiasco des Lakers et de LeBron James

BasketballLes Los Angeles Lakers ont été éliminés de la course aux play-offs vendredi soir. LeBron James n'a rien pu faire.

Pour la première fois depuis 2005, LeBron James suivra la phase finale devant son écran de télévision.

Pour la première fois depuis 2005, LeBron James suivra la phase finale devant son écran de télévision. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Même LeBron James n'est pas parvenu à sortir les Los Angeles Lakers du marasme: pour la sixième année consécutive, la deuxième franchise la plus titrée de l'histoire, connue dans le monde entier, a échoué à se qualifier pour les play-offs.

Battus vendredi à domicile par les Brooklyn Nets (111-106), «King James» et ses coéquipiers sont officiellement éliminés de la course aux play-offs NBA.

Pour la première fois depuis 2005, la superstar des Lakers qui avait disputé les huit dernières finales avec Miami (2011-2014) et Cleveland (2015-18), suivra la phase finale devant son écran de télévision. Un affront pour l'auto-proclamé «roi» de la NBA qui dispute au légendaire Michael Jordan le titre de meilleur joueur de l'histoire.

L'échec des Lakers est d'abord celui de James, recruté en juillet dernier à prix d'or, avec un contrat de 154 millions de dollars sur quatre ans, pour redonner de l'éclat aux célèbres maillots «purple and gold».

A 34 ans, James reste pourtant l'un des joueurs les plus prolifiques de NBA: il est le 5e meilleur marqueur du Championnat 2018-19 (27,5 points par match), le 3e meilleur passeur (8 passes décisives par match) ou encore le 7e joueur le plus utilisé (35,3 minutes par match).

Blessure aux adducteurs

Le 6 mars, il est devenu le quatrième meilleur marqueur de l'histoire de la NBA, mais comme un symbole de cette saison ratée, il a dépassé son modèle Michael Jordan (32.292 points) dans un match nettement perdu par son équipe au Staples Center face à Denver (115-99).

Le triple champion NBA et quadruple MVP a montré aussi que l'enchaînement des saisons et des périodes de préparation intenses commençait à laisser des traces. Sa blessure aux adducteurs le 25 décembre contre Golden State, l'a éloigné des terrains pendant un mois et a complétement changé la donne pour les Lakers.

La franchise californienne, 4e de la conférence Ouest fin décembre, a plongé au classement sans son N.23 et ne s'en est jamais vraiment remis. Depuis ce match funeste remporté, malgré la sortie sur blessure de James, face à l'ogre Golden State (127-101), les Lakers ont perdu 27 de leurs 38 derniers matches!

Les Lakers n'ont, il est vrai, pas été épargnés par la malchance et ont été privés plus ou moins longuement de Rajon Rondo, de Lonzo Ball et de Brandon Ingram. Mais c'est en coulisses que la franchise californienne, redevenue aimant à célébrités d'Hollywood depuis l'arrivée de «King James», s'est définitivement sabordée.

Le feuilleton Davis

Et là aussi, James n'est pas exempt de reproches. Sur ses conseils, ses dirigeants ont fait le forcing début février pour recruter l'impressionnant pivot de La Nouvelle-Orléans, Anthony Davis, conseillé par Rich Paul, l'agent de... «King James». Ils ont mis dans la balance les joueurs qui incarnent leur avenir, pour convaincre leurs homologues de la Nouvelle-Orléans de procéder à un échange, sans succès.

Le feuilleton Davis a viré au fiasco et a fait imploser le vestiaire avec d'un côté «King James» et ses proches et de l'autre des joueurs vexés d'avoir été placés sur la liste des joueurs transférables. Sans compter que les relations avec La Nouvelle-Orléans se sont passablement dégradées, ce qui compromet une arrivée de Davis à l'intersaison.

Le président des Lakers, le légendaire Magic Johnson, joue gros cet été. Critiqué pour certaines de ses décisions, comme les départs de Brook Lopez et de Julius Randle, il doit convaincre une autre star de la NBA de venir épauler LeBron James.

La liste des joueurs disponibles est alléchante, avec Klay Thompson et Kevin Durant (Golden State), Kawhi Leonard (Toronto), Jimmy Butler (Philadelphie) ou encore Kyrie Irving (Boston). Mais se laisseront-ils convaincre de rejoindre une équipe qui devrait repartir de zéro ou presque, si le limogeage largement anticipé de l'entraîneur Luke Walton est confirmé? Quand même le phénomène «King James» n'arrive pas à réveiller les Lakers, cela peut refroidir. (afp/nxp)

Créé: 23.03.2019, 06h36

Articles en relation

Genève se met en confiance avant Fribourg

Basket Les Lions ont battu le BBC Monthey-Chablais avec la manière samedi soir (76-100). Ils conservent ainsi la première place du classement avant d’affronter Fribourg. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.