Passer au contenu principal

Nouveau scandale de dopage à PyeongChang?

La télévision allemande ARD a reçu les images d’un lanceur d’alerte montrant des locaux de contrôle olympiques restés sans surveillance.

Après des ennuis avec des flacons à échantillons trop faciles à ouvrir en amont des compétitions, les Jeux olympiques d’hiver de PyeongChang (CdS), en février dernier, sont de nouveau au centre d’un problème dans la lutte contre le dopage. La rédaction spécialisée dans ces questions de la chaîne de télévision allemande ARD a récemment publié des images reçues de la part d’un lanceur d’alerte souhaitant garder l’anonymat. Médecin ou peut-être physiothérapeute d’équipe, cette personne s’était retrouvée l’hiver passé dans un des locaux de contrôle antidopage des JO 2018, en compagnie d’un athlète de sa délégation. Comme le montrent les images tournées sur place par cette «taupe», l’endroit renfermant des documents et échantillons top secrets avait été laissé totalement sans surveillance.

Dans un coin de pièce où on constate l’absence du moindre officiel chargé des contrôles ou agent de sécurité, un extrait de film montre notamment un réfrigérateur contenant des échantillons d’urine, avec un cadenas ouvert pendant dessus. Une aubaine pour un intrus qui voudrait manipuler les résultats d’un contrôle antidopage. Y compris un accompagnateur d’athlète. «Ces images reflètent ce que mes collègues et moi avons vu à PyeongChang», commente pour ARD Lukas Weisskopf, médecin de l’équipe de Suisse féminine de hockey sur glace, suggérant que le cas partagé par le lanceur d’alerte ne serait pas isolé.

De telles failles de sécurité suffiraient forcément à relancer devant un tribunal les cas de sportifs contrôlés positifs durant les compétitions, puisqu’il ne serait pas difficile de prouver que les échantillons recueillis ne sont plus fiables. Autre révélation, les contrôleurs engagés pour mener à bien la lutte antidopage auraient été contraints de financer de leur poche leur voyage en Corée du Sud. De quoi faire passer le plus grand événement multisports de la planète pour une vulgaire kermesse de village. Le CIO a adressé un communiqué assurant que ces grosses failles seraient, entre autres, prises en compte en vue des prochaines éditions des Jeux olympiques.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.