Le patron du PSG dans le viseur de la justice suisse

CorruptionNasser Al-Khelaïfi aurait accepté des avantages indus en lien avec l'octroi de droits média. Les bureaux de BeIN Sports à Paris ont été perquisitionnés.

Le Qatari Nasser Al-Khelaïfi, directeur du groupe audiovisuel beIN Media et président-directeur général du PSG.

Le Qatari Nasser Al-Khelaïfi, directeur du groupe audiovisuel beIN Media et président-directeur général du PSG. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Jérôme Valcke, mis en examen pour des soupçons de «corruption privée» en lien avec l'octroi de droits média pour plusieurs Coupes du monde, a quitté libre jeudi soir les bureaux du Ministère public de la Confédération (MPC) à Berne et «conteste la totalité des accusations», a indiqué son avocat.

Le Qatari Nasser Al-Khelaïfi, directeur du groupe audiovisuel beIN Media, président-directeur général du PSG et membre du comité d'organisation de la Coupe du monde 2022 au Qatar, et un homme d'affaires actif dans le domaine des droits sportifs sont également visés par le MPC. L'enquête est menée pour soupçon de corruption privée, d'escroquerie, de gestion déloyale et de faux dans les titres, indique jeudi le MPC.

Le groupe beIN Media «réfute toutes les accusations» alors que les bureaux parisiens de la chaîne de télévision qatarie ont été perquisitionnés jeudi. «Le groupe collaborera pleinement avec les autorités et attend sereinement les suites de l'enquête», poursuit beIN Media dans un communiqué.

Interpellé à Genève

Jérôme Valcke a été entendu en qualité de prévenu, mais n'a pas été placé en détention préventive, selon le MPC qui précise que la présomption d'innocence prévaut pour toutes les personnes impliquées. Il est soupçonné d'avoir accepté des avantages indus des deux hommes en lien avec l'octroi de droits média dans certains pays pour les Coupes du monde de football de 2018, 2022, 2026 et 2030.

L'épouse de Jérôme Valcke, qui l'accompagnait en Suisse, «a également été entendue par les enquêteurs mais à Lausanne». Selon une source judiciaire, Jérôme Valcke a été interpellé jeudi matin à la sortie d'un hôtel à Genève. La veille, il avait pris part à une audience devant le Tribunal arbitral du sport à Lausanne, où il contestait sa suspension de 10 ans pour d'autres faits de corruption. Le couple Valcke doit ensuite rejoindre Barcelone jeudi soir où il est désormais domicilié, a précisé Me Ceccaldi.

Avec les autorités compétentes de France, de Grèce, d'Italie et d'Espagne, le MPC a également fait des perquisitions simultanément et dans divers lieux, dans le cadre de l'entraide judiciaire. Ces opérations ont été rendues possibles grâce à l'unité de coopération judiciaire de l'Union européenne Eurojust.

Rattrapé par la justice

L'ex-bras droit de Sepp Blatter fait également l'objet d'une autre procédure pénale ouverte par le MPC en mars 2016. Elle concerne notamment son implication dans un système de revente de billets au Mondial 2014. Cette procédure est toujours pendante. La nouvelle procédure pénale a été ouverte notamment sur la base d'éléments découlant de cette première enquête.

Jérôme Valcke était le plus proche collaborateur de l'ex-président Sepp Blatter. Il a été relevé de ses fonctions en septembre 2015. La FIFA avait pris connaissance de soupçons pesant sur lui dans le cadre d'un contrat sur la billetterie avec la société spécialisée JB Sports Marketing. Il a été licencié en janvier 2016 et suspendu 12 ans par la FIFA de toute activité liée au football.

(ats/afp/nxp)

Créé: 12.10.2017, 19h57

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Trois femmes avaient déjà mis en cause Donald Trump durant la campagne présidentielle. Elles se sont retrouvées sur un plateau de télévision pour réitérer leurs accusations. La Maison-Blanche a dénoncé des «histoires inventées»
(Image: Bénédicte) Plus...