Passer au contenu principal

A Pékin, la Suisse ne sera peut-être pas en or, mais elle sera à l’heure

A Zoug, Kariem Hussein, Mujinga Kambundji et Nicole Büchler ont prouvé qu’ils étaient en forme. Records à l’appui.

Trois athlètes ont émergé à Zoug. Nicole Büchler en décrochant la «lune» à la perche avec 4,71?m. Mujinga Kambundji en battant le record de Suisse du 200?m. Et Kariem Hussein en redevant le «pharaon volant» sur 400?m haies (48’’45). De bon augure avant les Mondiaux de Pékin.
Trois athlètes ont émergé à Zoug. Nicole Büchler en décrochant la «lune» à la perche avec 4,71?m. Mujinga Kambundji en battant le record de Suisse du 200?m. Et Kariem Hussein en redevant le «pharaon volant» sur 400?m haies (48’’45). De bon augure avant les Mondiaux de Pékin.
Keystone

A Zoug, aux pays des boîtes aux lettres et des secrets bien gardés, l’athlétisme suisse a fait étalage de sa richesse. Sans prétention, en toute transparence, dans l’écrin vert du Herti, un stade de province creuset de trois performances de très haut niveau. «Pharaonique», Kariem Hussein a signé le septième chrono mondial de la saison sur 400m haies en 48’’45. Insatiable, Mujinga Kambundji a raboté trois centièmes à son record national du 200m (22’’80). Haut perchée, Nicole Büchler a illuminé la nuit en hissant le sien à 4,71m. Comme Selina Büchel sur 800m, ils viseront tous une place en finale des Mondiaux, dans deux semaines à Pékin. Il serait exagéré de leur demander la lune.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.