Passer au contenu principal

Euro 2016Portugal-France: le jour de gloire est arrivé

Les Bleus rêvent de triompher à domicile, la Selecçao de surprendre. Coup d'envoi à 21 heures.

Antoine Griezmann joue son étiquette de futur idole des Bleus. (Image prétexte)
Antoine Griezmann joue son étiquette de futur idole des Bleus. (Image prétexte)
Keystone

La France retient son souffle et rêve de triomphe pour ses Bleus à domicile. Le Portugal, toujours placé, jamais gagnant, veut son premier trophée majeur. Antoine Griezmann et Cristiano Ronaldo ont les reflets du Ballon d'Or dans les yeux. Rendez-vous dimanche au Stade de France à 21 heures.

Gagné par la fièvre du ballon rond, le pays-hôte n'imagine pas d'autre issue que le succès après l'exploit majuscule réalisé contre les quadruples champions du monde allemands en demi-finale (2-0).

Cette douce euphorie qui les berce depuis quelques jours, les Français aimeraient la prolonger. Meurtrie par les attentats de 2015, plombée par un climat social toujours lourd, la France veut un été en parenthèse enchantée.

Victoires à domicile

La tradition nationale serait ainsi respectée avec une nouvelle victoire à domicile après 1984 (Euro) et 1998 (Mondial). Un tel succès s'ajouterait à l'Euro-2000 gagné à Rotterdam dans l'armoire à trophées.

La rédemption serait totale, six ans après le fiasco de Knysna et la grève de l'entraînement en pleine Coupe du monde 2010.

Sécurité oblige, il n'y aura en revanche pas de parade des joueurs sur les Champs-Elysées en cas de dénouement favorable, contrairement à 1998. Un dispositif exceptionnel est prévu dès dimanche avec 3400 policiers et gendarmes déployés sur la célèbre avenue parisienne.

Icônes bleues

Chaque sacre des Bleus a eu son icône. Il y a 18 ans, le héros se nommait Zinédine Zidane. En 1984, il s'appelait Michel Platini. Ces deux monstres sacrés ont peut-être trouvé leur successeur avec Antoine Griezmann, meilleur buteur de l'Euro avec six réalisations en six rencontres. Le joueur de l'Atletico Madrid, 25 ans, doit éviter de trop penser au Ballon d'Or. «Grizou» doit continuer à faire oublier l'absence de Karim Benzema, écarté pour sa mise en examen dans l'affaire du chantage à la sex-tape.

Les Bleus peuvent aussi se réfugier derrière leur éternel porte-bonheur: il n'est pas sur le terrain, mais sur le banc. C'est Didier Deschamps. L'ex-capitaine des champions du monde et d'Europe 1998 et 2000, visage de la gagne en France avec Zinédine Zidane, peut devenir le premier à rafler un Euro en tant que joueur titulaire et technicien. L'Allemand Berti Vogts, sélectionneur vainqueur de l'Euro-1996, était dans le groupe de la RFA, championne d'Europe en 1972, mais n'avait pas joué une seule minute.

«C'est un moment exceptionnel, privilégié, une chance unique parce qu'il y a un titre au bout. Mais je n'ai pas de pression, pas de stress mais de l'adrénaline», expose calmement Deschamps.

«Le Portugal doit gagner»

Invaincus contre les Portugais en phase finale, les Français doivent toutefois éviter de bomber le torse trop tôt. La Selecçao a essuyé des critiques pour son bloc hermétique, mais son coach Fernando Santos s'en moque: «Si le Portugal gagne sans le mériter, je vais rentrer très content chez moi». Et d'ajouter sur un ton bonhomme: «La France joue chez elle, c'est naturel qu'elle soit favorite. Mais le Portugal doit gagner».

La grande différence avec l'anti-football de la Grèce championne d'Europe 2004 et le Portugal, c'est Ronaldo: une arme fatale capable de ruiner la soirée sur les Champs-Elysées et de s'adjuger enfin un premier titre majeur.

Le crack du Real Madrid a tout gagné en clubs mais reste bredouille en équipe nationale. A 31 ans, le play-boy multimillionnaire n'a pas le droit de laisser passer une occasion qui ne se représentera peut-être pas.

Ronaldo attendu

Le triple Ballon d'Or rêve forcément d'un 4e trophée individuel suprême. Sa «Madjer» au 1er tour face à la Hongrie (3-3) et sa détente verticale phénoménale sur son coup de tête victorieux en demi-finale contre le Pays de Galles de Gareth Bale (2-0) sont déjà parmi les images indélébiles de cet Euro.

Autre danger pour les Français: le retour attendu de Pepe. Forfait face aux Gallois à cause d'une blessure musculaire, le rugueux mais si efficace patron de la défense portugaise se dit «prêt à jouer» la finale et pourrait mettre au supplice les attaquants bleus.

En 2004, Ronaldo avait 19 ans et avait pleuré après la finale de l'Euro perdue à Lisbonne face aux Grecs. Les Bleus ne veulent pas vivre ça chez eux. Qui sanglotera au coup de sifflet final ?

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.