Prilly s'installe dans le provisoire

Football vaudoisA la suite de l'incendie d'octobre 2018, le club de la Fleur-de-Lys a fait appel à des containers qui lui servent de buvette et de vestiaires, en attendant la reconstruction des locaux. Visite sur place.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Bon, bien sûr, ce n'est pas comme il y a encore quelques années en 2e ligue. Mais on rallume gentiment la flamme.» Ces paroles sont celles de Fabian Spoerri, membre du comité du FC Prilly-Sports, et l'un des rares à «pédzer» un peu en ce dimanche midi d'après-match. La Fleur-de-Lys à midi était en effet LE rendez-vous dominical dans le football vaudois dans les années 2000 et 2010. Une grande partie de ses acteurs s'y retrouvait pour débriefer les rencontres du samedi et bien lancer un «dimanche de foot des talus». Le FC Prilly avait en effet eu la bonne idée de placer ses matches à domicile à 10h, ce qui embêtait un brin ses joueurs (et les adversaires...) mais était un joli coup pour la buvette. Plus d'une centaine de repas étaient servis à chaque fois et le chiffre d'affaires était largement supérieur à celui d'une autre équipe de 2e ligue.

Depuis, la première équipe a chuté en 3e ligue, les gens ont changé, l'emblématique président Tim Rothwell est parti, tout comme le charismatique entraîneur Claude Vergères et son adjoint Michel Fossati. Prilly a perdu un peu de son âme et, catastrophe, sa buvette et ses vestiaires ont brûlé en octobre 2018, l'enquête concluant à un accident. Le nouveau comité a alors pris les choses en main sous l'impulsion d'un nouveau président dévoué et dynamique, Michaël Dufour.

Les containers font office de buvette, de vestiaires, de toilettes et de local matériel

«Les travaux vont durer encore un bon moment, je ne pense pas qu'on sera prêts avant 2020. Et plutôt la fin de l'année que le début, j'en ai bien peur», soupire le président, en regardant sa très jeune équipe première réussir un bon match contre Sainte-Croix. Ce dimanche matin 10 mars est un peu triste, il pleut, mais le FC Prilly-Sports se bat bien, sur le terrain et en dehors. Quelques dizaines de spectateurs sont là et viennent se regrouper à la pause dans un container transformé en buvette. En fait, sur l'esplanade devant le chantier que sont désormais les vestiaires calcinés, le club a fait installer une demi-douzaine de containers bleus, qui font office de nouveaux vestiaires, de toilettes et de buvette. «Ce n'est pas le grand luxe, mais ça va très bien provisoirement», sourit le président. L'entreprise Friderici a même offert la location d'un container pour entreposer le matériel des entraîneurs. «C'est un beau geste de leur part, on n'a payé que le transport», souligne Michaël Dufour.

Les vestiaires et la buvette ont brûlé en octobre 2018

Après le match, place à la buvette, comme toujours. Pas de cuisine en ce dimanche, mais pas mal de rires, de l'espoir pour la suite du championnat et un FC Prilly-Sports qui se porte plutôt bien. Les discussions tournent autour du 100e anniversaire, en 2020, et des projets. Plusieurs manifestations sont à l'étude, en espérant que les nouveaux locaux puissent être inaugurés l'année des festivités. En attendant, Prilly se reconstruit et gère au mieux la situation provisoire. Avec un joli symbole: la table de la confrérie, bâtie d'un beau bois solide, a résisté à l'incendie. Elle trône fièrement dans le container-buvette. Si elle a résisté au feu destructeur, Prilly résistera bien à deux ans dans des baraques de chantier.

Les nouveaux vestiaires du FC Prilly-Sports. (nxp)

Créé: 15.03.2019, 07h35

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.