Passer au contenu principal

Le retour de Manchester United vire au désastre

Le retour de Manchester United en Ligue des champions a tourné au désastre. L'équipe s'est fait surprendre à Eindhoven par un PSV combatif et bien regroupé (2-1).

Memphis Depay a marqué le but mancunien, ce 15 septembre 2015.
Memphis Depay a marqué le but mancunien, ce 15 septembre 2015.
AFP

Les hommes de Louis van Gaal pensaient probablement avoir fait le plus dur en ouvrant le score après 40 minutes de facture très moyenne, le principal fait de match étant la sortie sur blessure du latéral gauche de Manchester Luke Shaw (15').

Quasi irréprochable jusqu'alors, la défense du PSV est prise de vitesse à la 41ème minute : idéalement lancé par Daley Blind, Memphis Depay efface deux défenseurs dans un mouchoir de poche avant de tromper le gardien néerlandais Jeroen Zoet (41').

Transféré à Manchester cet été après avoir aidé le PSV à obtenir le titre de champion des Pays-Bas, le même Depay est tout près de doubler la marque (43'), mais il loupe le coche après avoir été idéalement décalé sur la gauche par Juan Mata.

Sur une troisième contre-attaque, le défenseur central Chris Smalling manque son duel face à Jeroen Zoet (44').

Alors que Manchester semble avoir le match en main, ce sont finalement les Néerlandais qui concrétisent, sur une de leurs rares percées dans le rectangle adverse : ils égalisent sur corner, via une tête d'Hector Moreno (45+2') déviée dans le but par Blind.

La soirée de Manchester United, de retour en Ligue des champions après une année sans compétition européenne, vire au cauchemar lorsque le PSV, contre toute attente, double la mise au retour des vestiaires.

Isolé au deuxième poteau, l'international Oranje Luciano Narsingh trompe David De Gea de la tête sur un centre précis de Maxime Lestienne (57').

Assiégé

La fin de la rencontre s'assimile à un siège du rectangle néerlandais par Manchester entrecoupé de quelques escarmouches du PSV en contre-attaque.

Mais ce n'est décidément pas la soirée des Mancuniens, qui manquent de précision via Mata (61'), Ander Herrera (64') ou Anthony Martial (77').

Avec la nouvelle absence officielle du capitaine anglais Wayne Rooney, le jeune attaquant français Anthony Martial a par ailleurs obtenu sa première titularisation sous le maillot des «Red Devils».

Mais l'ex-monégasque de 19 ans, auteur d'un but superbe samedi contre Liverpool après être monté au jeu, aura cette fois peu brillé.

Débarqué avec l'encombrante étiquette de son prix - 80 M EUR, bonus compris - Martial a beaucoup couru, mais a trop souvent perdu le ballon.

Il ne bénéficie que de peu d'occasions. Sur un centre de Memphis Depay, son tir en déviation à l'entrée du petit rectangle manque de puissance pour tromper le gardien néerlandais (6'). Plus tard, un tir croisé termine sa course en touche (77').

Si Manchester a loupé son retour en C1, le PSV lui, l'a dignement fêté. Le club néerlandais, lauréat en 1988, n'avait plus participé à la compétition reine depuis la saison 2008-2009.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.