Russes priées de ne pas coucher avec des fans

Mondial 2018 Une députée a mis en garde les femmes russes qui seraient tentées de sortir avec des supporteurs étrangers durant la Coupe du monde.

La Russie attend l'arrivée de centaines de milliers d'étrangers durant la Coupe du monde.

La Russie attend l'arrivée de centaines de milliers d'étrangers durant la Coupe du monde. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les femmes russes ne doivent pas coucher avec des supporteurs étrangers venus en Russie pour le Mondial-2018, au risque de devenir des mères célibataires, a averti mercredi une responsable parlementaire russe.

Une «race différente»

L'arrivée de centaines de milliers d'étrangers en Russie signifie qu'«il y aura des femmes qui sortiront avec eux et qui donneront naissance à des enfants», a estimé la députée Tamara Pletneva, 70 ans, à la tête du comité de la Douma (chambre basse du Parlement) de la Famille, des femmes et des enfants.

«Mais j'espère qu'elles ne le feront pas», a-t-elle ajouté, lors d'un entretien avec la radio russe Govorit Moskva.

Elle a ensuite rappelé l'exemple des Jeux olympiques de 1980, à Moscou, lors desquels de nombreuses femmes russes avaient eu des enfants avec des étrangers.

Ces derniers étaient parfois d'une «race différente», a-t-elle déclaré, affirmant que les Russes doivent «donner naissance à (leurs) propres enfants».

Les enfants nés de couples mixtes «souffrent beaucoup (...) et ce, depuis l'époque soviétique», car leurs mères doivent souvent élever leurs enfants seuls, les pères quittant le pays une fois les compétitions finies, a ajouté Mme Pletneva.

Avalanche de critiques

Les enfants «ont de la chance s'ils sont de la même race (que leur mère, ndlr), mais s'ils sont d'une race différente, c'est fatal», assure la députée, tout en clamant: «Je ne suis pas nationaliste».

Selon elle, les femmes russes doivent se marier avec «des citoyens russes, créer une bonne famille et vivre en paix».

Cette déclaration a provoqué une vague d'indignation et une avalanche de critiques sur les réseaux sociaux russes.

«Je me demande ce que Pletneva dira lorsqu'on lui rappellera qu'il faut dire non au racisme», a ainsi écrit la journaliste radio Tatiana Felguenhauer sur Twitter, rappelant l'un des mots d'ordre phares des autorités russes pour le Mondial-2018. (afp/nxp)

Créé: 13.06.2018, 18h17

Articles en relation

Mondial 2018: le geste de Robbie Williams

Russie La cérémonie d'ouverture du Mondial détonne par sa simplicité. Jeudi, on verra Vladimir Poutine et Robbie Williams pour un concert de trente minutes. Plus...

Mondial: 60 minutes de klaxon seront tolérées

Vaud La police cantonale vaudoise promet d'être indulgente face aux manifestations de joie lors du Mondial de football. Mais, elle ne favorisera pas les cortèges de voitures. Plus...

Le Portugal déjà champion sur les réseaux sociaux

Mondial de foot Si la Coupe du Monde de football avait lieu sur le web, le Portugal l'emporterait. Les Lusitaniens comptent le plus de «followers». La Suisse serait 19e. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Des parents et des enfants séparés par le rêve américain, paru le 19 juin
(Image: Bénédicte) Plus...