Passer au contenu principal

La Russie démonte les accusations de dopage

La Russie a indiqué vendredi avoir transmis à l'Agence mondiale antidopage des «preuves» démentant les accusations du lanceur d'alerte à l'origine du scandale de dopage d'Etat.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration.
Keystone

Le Comité d'enquête, service chargé des principales affaires en Russie et dépendant directement du Kremlin, a affirmé vendredi dans un communiqué avoir «réuni des preuves objectives démentant les dépositions mensongères de Grigori Rodtchenkov concernant la livraison des tests antidopage au laboratoire de Sotchi», ville hôte des Jeux olympiques d'hiver 2014.

«Des copies des protocoles d'envoi des tests antidopage et des documents (attestant de leur suivi, ndlr) ont été envoyées à l'Agence mondiale antidopage (AMA)» concernant une série de sportifs exclus à vie, depuis, sur la base des travaux menés à la suite des accusations de Rodtchenkov, est-il ajouté.

Selon le Comité d'enquête, alors que le lanceur d'alerte affirme que les tests étaient remplacés pendant la nuit par des échantillons «propres», ils étaient en fait livrés pendant la journée et les analyses commençaient moins de deux heures après leur arrivée au laboratoire.

Lanceur d'alerte réfugié aux USA

Grigori Rodtchenkov, dont les révélations ont déclenché une vaste enquête sur la Russie, était le patron du laboratoire antidopage de Moscou jusqu'en novembre 2015. Réfugié aux Etats-Unis en disant craindre pour sa vie, il est visé par un mandat d'arrêt international lancé par la justice russe. Le Comité d'enquête a ouvert en 2016 une procédure le visant pour «abus de pouvoir».

En 2016, le rapport McLaren commandé par l'AMA a révélé l'existence en Russie d'un système institutionnalisé de dopage, notamment lors des JO de Sotchi.

Moscou a toujours réfuté la dimension institutionnelle du système de dopage. En décembre, les services d'enquête russes ont même accusé Rodtchenkov d'avoir dopé personnellement les sportifs russes et d'avoir «manipulé» les tests.

(si)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.