Schneider-Ammann défend le milliard promis

JO-2026Le ministre de l'Economie a défendu, dans une interview, l'enveloppe d'un milliard promise aux JO d'hiver de Sion.

Johann Schneider-Ammann lors d'une visité à l'université Beer Sheeva, en Israël. (Dimanche 29 octobre 2017)

Johann Schneider-Ammann lors d'une visité à l'université Beer Sheeva, en Israël. (Dimanche 29 octobre 2017) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le ministre de l'Economie Johann Schneider-Ammann défend l'enveloppe d'un milliard que le Conseil fédéral a promis aux organisateurs des Jeux olympiques d'hiver de Sion en 2026. Selon lui, ce rendez-vous sportif va booster le tourisme.

«Je fais partie de ceux qui veulent Sion 2026. Je crois que ce projet va créer un esprit, une atmosphère de renouveau», affirme le conseiller fédéral PLR lors d'un entretien avec les journaux alémaniques Luzerner Zeitung et St. Galler Tagblatt.

La gauche et l'UDC ont fraîchement accueilli le soutien fédéral à ce méga projet sportif, notamment pour des raisons financières. Le PS et Les Verts souhaitent aussi donner au peuple le droit de s'exprimer sur le sujet.

«Attirer les touristes»

L'événement aura un impact sur le commerce, souligne le Bernois. Et d'entrevoir la modernisation d'hôtel et des installations sportives hivernales en Valais et en Suisse occidentale. «Le tout va attirer les touristes les années suivant le grand rendez-vous», complète Johann Schneider-Ammann.

Dans le même entretien, le libéral-radical défend la décision du Conseil fédéral de refuser l'initiative populaire pour un congé de paternité de 4 semaines, un projet estimé trop cher. «Pour les Jeux olympiques nous ne paieront qu'une fois. Le congé paternité coûtera de l'argent chaque année», calcule-t-il ainsi.

Selon Johann Schneider-Amman, conserver la compétitivité des entreprises est la plus belle fleur que le Conseil fédéral puisse faire au peuple particulièrement aux jeunes pères et mères. Il s'agit d'éviter à la place économique des coûts inutiles. «Nous renonçons au congé paternité pour pouvoir conserver des places de travail», soutient-il. (ats/nxp)

Créé: 30.10.2017, 05h38

Articles en relation

Sion 2026 doit encore convaincre les sceptiques

Jeux olympiques S'il concède que l'ambiance est «assez peu favorable» aux JO, le président de la candidature sédunoise Jean-Philippe Rochat veut susciter «l'enthousiasme et les émotions positives». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.