Sébastien Suchet de retour aux prestigieuses 8 Heures de Suzuka

MotocyclismeLe pilote vaudois participera, le 29 juillet, à l’un des grands événements de la saison au Japon.

Sébastien Suchet sur sa BMW 1000 alors engager coupe du monde. 04.02.17 (Photo d'archives)

Sébastien Suchet sur sa BMW 1000 alors engager coupe du monde. 04.02.17 (Photo d'archives) Image: Jean-Guy Python

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Août 2016. Dans nos contrées, on connaît Sébastien Suchet, ancien champion de Suisse, qui a fait ses classes en brillant à l’échelon européen en Superstock, avant de goûter à l’endurance. Mais dans la nuit européenne, ceux qui suivent les prestigieuses 8 Heures de Suzuka, «la» course d’endurance pour les marques japonaises, le découvrent: «À quelques semaines du départ, un pilote du Team R2CL s’était blessé. Le patron, le regretté Raphaël Chaussé, m’avait contacté pour le remplacer. Dès les premiers essais, un autre équipier avait dû déclarer forfait et on s’était retrouvés à deux pour cette course de huit heures, qui se déroule toujours dans des conditions météo difficiles – forte chaleur, accompagnée d’humidité.»

Au bout de la route, une 12e place. Surtout, la fierté d’être la première équipe européenne dans un classement où chaque constructeur japonais aligne des équipes officielles, avec des pilotes de très haut niveau. Ce sera encore le cas cette année, avec les efforts de Honda – on verra notamment le pilote MotoGP Takaaki Nakagami et Dominique Aegerter – qui rêve de briser la série de victoires de Yamaha. Ne dit-on pas volontiers que, pour un constructeur nippon, une victoire aux 8 Heures de Suzuka a plus de valeur qu’un succès en MotoGP?

Un team suisse

Sébastien Suchet roule désormais pour le Bolliger Racing Team (Kawasaki), cette équipe suisse qui est l’un des piliers du championnat du monde d’endurance depuis bientôt trente ans. «À Suzuka, tout est particulier, explique le Vaudois. Les Japonais portent tous les couleurs d’une marque ou d’une autre, mais ils ont aussi un respect total pour tous les concurrents.»

Le vert Kawasaki va ainsi cohabiter avec le bleu et blanc de Yamaha, le rouge et le blanc de Honda, le bleu de Suzuki. «Notre équipe a déjà obtenu un top 10 à Suzuka, il y a quelques années, poursuit Suchet. Le but est de faire aussi bien. Aux essais, avec notamment les meilleures places qui se jouent à l’issue d’une superpole, le rythme sera effréné et il ne faudra peut-être pas accorder trop d’importance aux écarts. L’idée est de se qualifier entre la 15e et la 20e place, puis de jouer la régularité, comme nous l’avons si bien réussi lors des 24 Heures du Mans, le printemps dernier.» Le Vaudois aura comme équipiers ses deux partenaires habituels, soit Roman Stamm et le Fribourgeois Robin Mulhauser.

«Ce sera particulier»

«Je travaille désormais à 50%», reprend Sébastien Suchet, actuel 3e du classement intermédiaire du championnat de France superbike. «Le fait de rouler plus m’aide considérablement et j’ai vraiment hâte de me retrouver à Suzuka, même si je sais que, sur le plan émotionnel, ce sera particulier: cela fera tout juste une année que Raphaël Chaussé, qui m’avait permis de découvrir l’épreuve, a été victime d’un accident mortel sur la route.» (24 heures)

Créé: 11.07.2018, 22h15

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Publié le 18 septembre 2018.
(Image: Bénédicte) Plus...