Speaker, sous-directeur du CHI, il galope pour la relève

HippismeMichel Sorg, ce passionné, a été promu chef sport à la Fédération suisse équestre.

Michel Sorg croque la vie à pleines dents comme un fruit de la passion.

Michel Sorg croque la vie à pleines dents comme un fruit de la passion. Image: GEORGES CABRERA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Consciencieux et méticuleux, il lui arrive, parfois, d’avoir peur de ne pas se montrer à la hauteur. Mais au final, il parvient toujours, dans tout ce qu’il fait, à passer aisément l’obstacle, au galop. Speaker et également sous-directeur du Concours hippique international de Genève (CHI), Michel Sorg croque la vie à pleines dents, comme dans un fruit de la passion et, comme si cela ne suffisait pas, ce jeune père de famille, mari de Clara, a ajouté un peu de piment sur sa selle. Ce Valdo-Genevois a accepté une nouvelle casquette: celle de chef sport à la Fédération suisse des sports équestres. Une promotion, un honneur.

«Ecouter les cavalier et les organisateurs»

«Je ne veux pas être un chef mais un gars qui travaille avec les autres», précise-t-il. Son rôle: fixer les objectifs sportifs en collaborant avec les responsables d’équipes ou des cadres saut. «Je vais m’occuper de tout ce qui est en relation avec le sport, ajoute encore ce trentenaire. Le but est de déterminer les objectifs de la saison en travaillant avec les fédérations régionales. Il s’agit d’attribuer notamment les places des championnats de Suisse élite en vue des qualifications des grosses compétitions internationales ainsi que les éventuels changements de règlement discutés au sein du directoire.» Ce directoire comprend aussi un chef de la discipline, le chef technique, celui de l’administration ainsi que le responsable vétérinaire.

«Ce qui m’intéresse le plus, c’est d’écouter les cavaliers et les organisateurs», renchérit le collaborateur de Sophie Mottu-Morel et d’Alban Poudret au CHI, si heureux de pouvoir diriger une relève aussi prometteuse. «Commencer dans une année de championnats d’Europe, c’est assez sympa», sourit-il. On a en effet la chance de pouvoir compter sur une belle équipe de Suisse à tous les niveaux, poursuit celui qui avait déjà des responsabilités à Swiss Team Trophy, cette association de soutien de saut d’obstacles pour la jeune génération romande.

«Un vivier de jeunes talents»

«Aujourd’hui, quand on regarde derrière Steve Guerdat et Martin Fuchs, il existe un vivier de jeunes talents impressionnant avec des Bryan Balsiger, Édouard Schmitz, Anthony Bourquard, Jannick Jorand et une liste longue comme le bras avec plein d’autres qui vont arriver.» Michel Sorg se dit comblé alors que son gros objectif est d’assurer la relève. «Par rapport au tennis, où derrière Roger Federer et Stan Wawrinka, c’est le néant, on a une chance inouïe avec cette génération…»

Consciencieux et méticuleux, ces cavaliers sont déjà tous à la hauteur!

Créé: 14.12.2018, 21h38

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.