Les Marquez font coup double, Lüthi deuxième

MotocyclismeMoto2: le pilote bernois assure au Grand Prix de Catalogne. Les frangins Marquez s'imposent.

Thomas Lüthi (12, à g.) n'a pas pu suivre le rythme imprimé par Alex Marquez (73, à dr.).

Thomas Lüthi (12, à g.) n'a pas pu suivre le rythme imprimé par Alex Marquez (73, à dr.). Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ne pas commettre d’erreurs, savoir se contenter d’une deuxième place quand on comprend qu’on ne peut pas gagner; voire d’une sixième quand on constate que le podium est hors de portée: Thomas Lüthi poursuit son championnat 2019 en suivant la bonne recette.

Bien sûr, depuis le début de la saison, il n’a gagné qu’une fois (au Texas), alors que ses deux principaux concurrents se partageaient les autres victoires (trois pour Baldassari, trois, désormais, pour Alex Marquez). Mais cette régularité, cette solidité, pourrait bien payer sur la longueur du championnat: à nouveau deuxième du classement intermédiaire, à 7 points du nouveau leader, le vainqueur du jour, Tom n’a de loin pas dit son dernier mot.

«Bien sûr que je veux rester devant, bien sûr que je veux gagner, clamait-il. Mais ce n’était pas encore pour aujourd’hui. En début de course, j’étais le plus fort; à la fin, j’étais le plus faible dans la bagarre. Quand Alex m’a passé, je me suis accroché à lui, j’ai immédiatement essayé de l’attaquer, mais j’ai alors commis de petites erreurs, il y a eu plusieurs alertes. Dès lors, je savais ce que je devais faire: assurer les vingt points de la deuxième place. Pour le championnat, c’est très important», explique Tom, quatre podiums en sept courses depuis le début de la saison.

Avec l’erreur de Lorenzo Baldassari (chute), leader du championnat dès le soir du premier GP, au Qatar, c’est Alex Marquez qui lui succède aux commandes. Une victoire qu’il a partagée avec son frère aîné Marc, avant que celui-ci n’entre à son tour dans l’arène.

La course de MotoGP vire au jeu de quilles

Arène, le mot est de rigueur pour ce circuit de Catalunya baigné de soleil, sous cette chaleur terrible, avec cette adhérence précaire. La course MotoGP a rapidement tourné au jeu de quilles. Car dès le deuxième tour, Jorge Lorenzo (Honda) a perdu le contrôle de l’avant de sa moto dans un freinage très, très tardif: dans sa chute, il a emmené Andrea Dovizioso (Ducati) et les deux Yamaha officielles de Valentino Rossi et Maverick Viñales.

«Vous n'avez aucune issue quand vous freinez un peu trop tard, comme moi. C'est entièrement ma faute, mon erreur et je présente mes excuses. C'est vraiment déplorable d'avoir emmené «Dovi», Maverick et Valentino. Ça n'est pas leur faute, c'est la mienne», a reconnu Lorenzo sur le compte Twitter de son équipe.

A peine commencée, la course était jouée: Marc Marquez, devant, n’allait plus être inquiété, l’intérêt se déplaçant vers la bagarre pour le podium entre le fantastique jeune Français Fabio Quartararo, le vainqueur du Mugello Danilo Petrucci, et le pilote Suzuki Alex Rins. Premier podium pour Quartararo (à 20 ans!) et super-break pour Marc Marquez qui se retrouve avec 37 points d’avance (une course... et demie) sur son premier dauphin, Andrea Dovizioso.

Créé: 16.06.2019, 16h02

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.