Passer au contenu principal

Foot - Mondial 2018Trois buts et trois points de plus pour la Suisse

La Suisse s'est imposée contre Andorre et conserve toutes ses chances de se qualifier directement pour le Mondial.

Ricardo Rodriguez et Granit Xhaka se congratulent au coup de sifflet final après la qualification de la Suisse pour le Mondial (Dimanche 12 novembre 2017).
Ricardo Rodriguez et Granit Xhaka se congratulent au coup de sifflet final après la qualification de la Suisse pour le Mondial (Dimanche 12 novembre 2017).
Keystone
Dans le temps additionnel, Ricardo Rodriguez a sauvé toute une nation en dégageant un ballon de but nord-irlandais sur la ligne (Dimanche 12 novembre 2017).
Dans le temps additionnel, Ricardo Rodriguez a sauvé toute une nation en dégageant un ballon de but nord-irlandais sur la ligne (Dimanche 12 novembre 2017).
Keystone
Granid Xhaka et Breel Embolo arrivent au rassemblement de l'équipe de Suisse à Feusisberg (Lundi 29 août 2016).
Granid Xhaka et Breel Embolo arrivent au rassemblement de l'équipe de Suisse à Feusisberg (Lundi 29 août 2016).
Keystone
1 / 66

Emmenée par un Xherdan Sahqiri remarquable, la Suisse a cueilli une septième victoire en sept rencontres dans le tour préliminaire de la Coupe du monde 2018. Elle s'est imposée 3-0 à Saint-Gall devant Andorre.

Elle doit ce succès à un doublé de Haris Seferovic et à une réussite de Stephan Lichtsteiner. Acquise dans des conditions de jeu extrêmes en raison de l'état de la pelouse, cette victoire permet à la Suisse de garder la main dans ce groupe B. Vladimir Petkovic et ses joueurs devancent toujours le Portugal de trois points et peuvent rêver de prendre dimanche une option décisive sur la qualification directe pour la Russie si le Portugal avait la «bonne» idée de se prendre les pieds dans le tapis à Budapest.

Une tâche pas vraiment «glamour»

S'adapter à une pelouse gorgée d'eau pour une rencontre qui n'avait plus grand-chose à voir avec du «vrai» football face à un adversaire ne nourrissant pas d'autre ambition que de tenir le plus longtemps le 0-0: la tâche proposée à l'équipe de Suisse au kybunpark de Saint-Gall n'était pas des plus «glamours». Pendant de longues minutes, elle fut bien incapable de l'assumer.

Après avoir concédé le premier corner du match à la 7e minute, le capitaine Lichtsteiner et ses hommes sont, ainsi, apparus bien hésitants sur la marche à suivre: toujours privilégier le jeu court pour assurer une possession maximale ou chercher l'ouverture dans un «kick and rush» rendu bien tentant pas les conditions de jeu?

Malgré son incapacité à trouver le bon timing, la Suisse a néanmoins eu le bonheur de marquer avant la pause grâce à la classe de son meilleur joueur. A la 43e minute, Xherdan Shaqiri, visiblement dans un très bon soir, délivrait une merveille de centre pour Haris Seferovic, dont la reprise de la tête faisait mouche. Le buteur de Benfica a inscrit son neuvième but en 42 sélections.

Son jaillissement fut bien celui d'un homme en pleine confiance. Après des années marquées par une certaine inconstance tant sous les couleurs de la Real Sociedad que de celles de l'Eintracht Francfort, le Lucernois affiche en ce début de saison une rage de vaincre que l'on ne soupçonnait pas vraiment. Comme si son transfert au Benfica l'avait littéralement métamorphosé.

Un schéma inédit

A la reprise, Haris Seferovic obtenait à la pointe de l'attaque le renfort d'Eren Derdiyok, introduit pour Steven Zuber. Vladimir Petkovic optait pour un schéma en 3-5-2 avec Lichtsteiner qui est monté d'un cran dans le couloir droit.

Mais avec l'avantage du score, l'état du terrain et la proximité du prochain match de dimanche en Lettonie qui explique sans doute pourquoi Johan Djourou, Valon Behrami et Blerim Dzemaili sont restés sur le banc à Saint-Gall, les Suisses n'ont pas vraiment cherché dans cette seconde période à dépasser leurs limites. Ils avaient toutefois l'élégance de saler l'addition grâce à un but presque digne de «vidéo gag» de Seferovic (64e) et à une tête de Lichtsteiner qui donne toujours cette même impression de jouer à chaque match une finale de Coupe du monde.

En cette seconde période, le principal «souci» pour la Suisse était tout simplement la bonne conclusion de cette partie. La possibilité d'un report du match à Zurich vendredi avec un coup d'envoi à midi avait été un instant évoquée. Il a toutefois pu aller à son terme grâce peut-être aux deux longues interruptions de jeu exigées par l'arbitre dans les deux mi-temps pour permettre l'évacuation de l'eau par une escouade de volontaires et leurs râteaux.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.