Passer au contenu principal

Qui est Tumler, nouveau héros du ski suisse?

Peu connu, le Grison de 29 ans a décroché le premier podium suisse en géant depuis 2011, dimanche à Beaver Creek.

Au moment de monter sur le podium dimanche, Thomas Tumler n'en revenait toujours pas.
Au moment de monter sur le podium dimanche, Thomas Tumler n'en revenait toujours pas.
EPA

Assis sur le fauteuil de leader, dimanche dans l’aire d’arrivée du géant de Beaver Creek, Thomas Tumler n’était pas spécialement à l’aise. Il faut dire qu’il n’est, de loin pas, habitué à pareil honneur. 21e de la première manche, le Grison a réalisé un deuxième tracé parfait dans le Colorado pour grimper au 3e rang final.

2829 jours d'attente dans le clan suisse

Une remontée de 18 places qui suffirait déjà à faire les gros titres pour celui qui avait le dossard numéro 48. Mais Thomas Tumler a surtout mis fin à 2829 jours sans podium pour l’équipe masculine suisse en géant. Soit depuis la victoire de Carlo Janka en mars 2011 à Kranjska Gora (Slovénie). Une éternité.

«C’est incroyable, lâchait un Tumler encore groggy au micro de la SRF après sa course à Beaver Creek. Je ne pouvais pas rêver mieux, surtout avec mon numéro de dossard.» Premier surpris de se retrouver devant les caméras, les mots lui manquent encore: «C’est impossible de décrire sa propre course. Sur la deuxième manche, j’ai essayé de rester le plus rond possible dans mes virages. Cela a bien fonctionné.» C’est le moins qu’on puisse dire.

La revanche d'un éternel espoir

Avant la course, personne n’aurait parié sur un podium du skieur de Samnaun, hameau grison d’à peine 800 habitants à la frontière autrichienne. Cette troisième place à Beaver Creek lui rapporte 60 points FIS. C’est plus que son total en 10 courses la saison passée (57). Et dire que ce skieur au gabarit moyen (1m80 pour 84 kilos) n’était plus entré dans le Top 30 en géant depuis exactement quatre ans. C’était déjà dans le Colorado.

Vainqueur du classement général de la Coupe d’Europe en 2014, Thomas Tumler n’avait jamais vraiment confirmé au plus haut niveau. Sa 8e place au Super-G de St-Mortiz en 2016 ? Un feu de paille pensait-on jusque-là. Jamais qualifié pour des championnats du monde, cet amateur d’Ovomaltine – si en on croit le site de Swiss-Ski - avait découvert les Jeux olympiques en février dernier à PyeongChang (26e du Super-G). Il avait été préféré, à la dernière minute, au convalescent Carlo Janka.

Vendeur dans le magasin de son père

Thomas Tumler - dont l’aîné Marco a concouru en Coupe d’Europe - travaillait encore comme vendeur dans la boutique de son père au début de sa carrière pour joindre les deux bouts. Ce dimanche, le skieur de 29 ans est entré avec fracas sur l’avant-scène du Cirque blanc. Le fan’s club de cet inconnu du grand public, surnommé «Thomi» par ses proches, ne comptait que 670 membres sur sa page Facebook avant cette course décisive.

La nouvelle sensation helvétique aura peut-être eu le temps de réaliser la portée de son exploit dans l’avion du retour qui le ramenait en Europe. Il aura certainement une pensée émue pour son ami Gian-Luca Barandun, grison lui-aussi. Ce grand espoir du ski suisse était décédé début novembre dans un accident de parapente, à seulement 24 ans.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.