Bolt plus fort que sa légende: neuvième titre mondial!

AthlétismeLe Jamaïcain s'est imposé en 9''79 juste devant l'Américain Justin Gatlin qui était invaincu depuis 2 ans.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La légende de Usain Bolt est plus vivante que jamais. Revenu de nulle part cette saison, le géant jamaïcain a décroché à Pékin le titre mondial du 100 m qui semblait promis à Justin Gatlin, qui était invaincu depuis près de deux ans!

La morale est sauve, diront peut-être les observateurs en recherche de sens. Le duel «de l'ange contre le démon» - rapport aux cinq années de suspension pour dopage de Gatlin, attrapé deux fois - a tourné à l'avantage du premier. Bolt a gagné en 9''79, contre 9''80 à son rival de Floride. L'Américain Trayvon Bromell et le Canadien Andre De Grasse (20 ans) se partagent le bronze en 9''92.

Comme de bien entendu, Bolt, le jour J, a réussi son meilleur temps de la saison. Et Gatlin a été moyen... Pas facile d'affronter un monument! La route des deux hommes ne s'était plus croisée depuis le Wetklasse 2013 à Zurich.

Sextuple champion olympique, Bolt est désormais... nonuple champion du monde (trois fois sur la distance reine). En attendant mieux, avec le 200 et le 4 x 100 m à Pékin. Il est invaincu dans les compétitions planétaires depuis son triplé historique aux JO 2008, dans ce même Nid d'Oiseau de Pékin.

Il trébuche

Il a ensuite signé le triplé aux Mondiaux 2009 et aux JO 2012, un doublé aux Mondiaux 2011 (où il a été disqualifié en finale du 100 m, sa seule fausse note), puis à nouveau un triplé aux Mondiaux 2013. A Pékin, il avait failli ne pas se qualifier pour la finale après avoir manqué de trébucher en demies...

Par rapport à ses précédents triomphes, Bolt a été moins rapide. Il reste loin de son record du monde (9''58 de Berlin), mais là n'était pas l'essentiel pour lui. Face à Gatlin, il mène désormais 7-1 dans ses face-à-face. Sportivement, les deux hommes, qui ne s'apprécient pas particulièrement, se sont donné l'accolade à l'arrivée.

Bolt: «J'aurais pu courir plus vite»

Dans sa première réaction, le Jamaïcain faisait presque la fine bouche: «Je n'étais pas à mon meilleur. Je suis arrivé ici relax, sans stress, et je ramène le titre à la maison. Mon but est de rester le numéro 1 jusqu'à ma retraite (en 2017 en principe). Donc je continue de me pousser à la limite (ndlr: il a dit récemment qu'il s'était mis à manger chaque jour des légumes, presque une «torture» pour lui). Aujourd'hui (dimanche), j'aurais pu courir plus vite.»

Gatlin, lui, a dit s'être «senti bien» mais avoir presque «trébuché» sur les cinq derniers mètres, ce qui lui a fait perdre son rythme. «Mais j'espère avoir d'autres grandes courses devant moi.»

En attendant, ce sacre de Bolt est assez invraisemblable. N'était-ce la formidable confiance du champion qui habite - forcément - cet athlète hors norme, rien, dans ses résultats depuis deux ans, ne laissait présager ce titre. Il a débarqué à Pékin avec le 6e chrono 2015 des engagés (9''87). Il est accablé depuis 2013 par diverses petites blessures (aine, hanche, cheville...) qui entravent sa souplesse et la fluidité de sa foulée. C'est simple: le King, sur les deux ans qui ont précédé Pékin, n'aura disputé que six courses de 100 m: trois cette saison, un seul en 2014 (dans un stade couvert à Varsovie) et deux pour boucler l'année 2013. Il a lui-même reconnu aussi avoir connu récemment des problèmes de motivation ces derniers mois, sachant qu'il dirige déjà une bonne partie de son attention vers les JO de Rio en 2016, où il visera un troisième triplé olympique consécutif.

Gatlin a perdu ses moyens

De fait, Bolt a réussi une course parfaite par rapport à ses possibilités du moment, dans une finale où le public s'est enflammé aussi pour «son» Chinois Su Bingtian, étonnant finaliste (9e). Le Jamaïcain est parvenu à limiter les dégâts sur les premiers mètres, là où Gatlin devait faire la différence. Il a grignoté ensuite les centièmes, foulée après foulée, face à un Américain dont le moteur, étonnamment, ne tournait plus aussi bien qu'en séries et en demi-finales (9''77 deux heures plus tôt). Il faut dire que «Le Guépard» - le surnom de Gatlin - n'avait plus l'habitude depuis deux ans de se retrouver avec un «vrai» rival à ses côtés. Il en a perdu une partie de ses moyens.

Gatlin, champion olympique en 2004 et double champion du monde en 2005, reste donc le dauphin du King, comme à Moscou deux ans plus tôt. Mais il entend bien prendre sa revanche sur 200 m, distance sur laquelle il a couru une demi-seconde plus vite que Bolt cette saison... (afp/nxp)

Créé: 23.08.2015, 16h37

Galerie photo

Les athlètes suisses aux Mondiaux d'athlétisme

Les athlètes suisses aux Mondiaux d'athlétisme Seize athlètes composent la délégation suisse aux Mondiaux de Pékin, qui se déroulent jusqu'au 30 août 2015

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.